Mario, Jean-Jacques et les autres : Ils ont choisi la Tunisie pour annoncer leur Islam





Un nombre considérable d’étrangers optent périodiquement pour la conversion à l’Islam. Certains ont même choisi la Tunisie pour accomplir les formalités nécessaire. Mario est devenu Omar, Jean-Jacques s’appelle désormais Jamil… et ils ont aussi choisi des compagnes tunisiennes. Témoignages. Tunis-Le Quotidien Omar, a été circoncis il y a juste trois ans, à l’hôpital «La Rabta» à Tunis, à l’âge de 42 ans. Français d’origine italienne, il s’appelait auparavant Mario, mais il a choisi de plein gré de se convertir à l’Islam et d’épouser une Tunisienne. Omar a accompli toutes les formalités nécessaires auprès du Grand Mufti de la République Tunisienne. *Parcours «J’ai commencé à manifester un certain intérêt pour la religion musulmane car j’ai passé ma jeunesse dans un quartier où la majorité des habitants étaient musulmans. Le déclic a eu lieu quand l’un de mes voisins m’a offert une traduction du Coran en langue française que j’ai lue avec beaucoup d’intérêt». Le parcours de Jamil, 44 ans, est différent. De son vrai nom, Jean-Jacques, il explique sa conversion à l’Islam par la réunion d’un ensemble de facteurs objectifs et subjectifs. Ingénieur de formation, il estime que l’amour peut constituer le déclic qui nous guide vers la découverte de la culture de l’autre. En ces temps où l’amalgame entre la religion musulmane et le terrorisme est devenu monnaie courante, il est important de se doter d’un esprit critique et de ne pas s’impliquer dans la voie suivie par les médias d’une manière générale. Jamil a suivi des cours de formation à la mosquée de Paris basées sur les valeurs fondamentales de l’Islam, notamment la paix, l’humilité, l’entraide et le respect de l’autre. *Réactions Les familles des convertis à l’Islam et l’entourage, ne réagissent pas toujours de la même manière. Si Omar affirme que son entourage a favorablement accueilli sa décision, Jamil, issu d’une famille catholique, raconte que son choix a entraîné une levée de boucliers. D’une manière générale la réaction est négative. «Maintenant ma conversion à l’Islam constitue un sujet que je n’aborde plus avec ma famille», dit-il. «C’est un choix personnel», ajoute-t-il, «car je ne veux pas avoir l’impression de justifier ma démarche car elle ne regarde que moi. Rien ne sert de polémiquer à ce sujet». jamil est marié à une Tunisienne de la deuxième génération de l’émigration. Il est père de trois enfants et ne cache pas qu’il a déjà opté pour la Tunisie pour passer sa retraite avec sa femme et sa petite famille. Lotfi touati


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com