«Découvertes Tunisie 21» : Dimensions identitaires





La deuxième soirée du festival «Découvertes Tunisie 21» a été marquée par des concerts et des spectacles de tous les rythmes et de tous les goûts, animés par des musiciens professionnels, jeunes et moins jeunes de France et de Tunisie. Entre autres Khaled Yahia, Régeous Gratoons ont créé une véritable effervescence devant l’esplanade de l’amphithéâtre d’El-Jem. Mais l’honneur de clôturer cette soirée par un concert alléchant est revenu à la troupe El Bahth El Moussiki. C’était durant la nuit de vendredi à samedi. Malgré des précipitations inattendues qui se sont abattues sur la ville d’El-Jem et qui ont failli chambarder le programme de cette deuxième journée, les concerts et les ateliers ont pu avoir lieu mais avec du retard. Vers 21 heures, le trio Khaled Yahia au oûd, Béchir Selmi au violon et Lassaâd Hosni à la percussion, a animé un spectacle-atelier à l’Espace du Marabout Sidi Ben Aïssa. Le groupe a interprété une demi-douzaine de compositions de l’un des pionniers du luth en Tunisie, Khaled Bana. Bien que la durée de ce spectacle n’ait pas dépassé les 45 minutes, donc plus courtes que le timing prévu, le trio a su présenter en aussi peu de temps une grande partie des répertoires de la musique arabo-andalouse programmée à cet effet durant cet atelier. Mieux encore, Khaled ben Yahia et ses deux musiciens vont plus loin. Le trio a embelli les compositions interprétées avec une tonalité empruntée du soufisme et faisant aussi référence aux teintes jazzy. Outre cet atelier-spectacle, l’esplanade de l’amphithéâtre d’El-Jem a accueilli au autre spectacle, cette fois-ci d’un rythme différent. Il s’agit d'un mini-concert de percussions, animé par deux artistes venus de l’Hexagone, Haïmak et Roger Raspail. Accompagnés de jeunes musiciens de France, passionnés de ce genre musical et en collaboration avec d’autres jeunes de la région de Mahdia et d’El-Jem, les deux groupes ont présenté à tour de rôle, un genre de percussion très particulier. Maître de la percussion «gwo-ka», Roger Raspail et ses jeunes ont composé des rythmes de percussions inspirés des musiques caraïbes et de différentes régions d’Afrique noire. De leur côté, les jeunes musiciens tunisiens, en véritables magiciens de la «darbouka», ont séduit et survolté le public en interprétant une multitude de rythmes et genres de percussion. Ce fut donc un spectacle multidimensionnel. Nostalgique musique engagée La deuxième partie du programme de cette deuxième soirée «Découvertes Tunisie 21» a été en effet marquée par un autre spectacle; celui animé par le musicien français Régeous Gratoons. Riche en couleurs, la troupe a présenté un récital chargé de «folk», de rock, mais aussi de musique «cajun», «ska», «dub», genres importés de contrées lointaines par l’étonnant voyageur qu’est Régeous Gratoons. Le spectacle franco-tunisien a enchanté le public mélomane d’El-Jem. Artisans-bâtisseurs de tout un pan du patrimoine musical tunisien, artistes engagés, mais également «chansonniers» comme le veut Amel Hamrouni un membre influent du groupe El Bahth El Moussiki, a clôturé la soirée musicale de vendredi. Pas moins d’une dizaine de chansons, toutes tirées du patrimoine de la musique classique arabe, ont été interprétées durant ce concert par la troupe El Bahth El Moussiki qui continue de marquer d’une pierre blanche son retour sur scène cette année. «Nous avons eu toujours comme objectif de composer des chansons dans lesquelles l’homme est le thème central. C’est pour cela qu’El Bahth El Moussiki a une expression musicale particulière», nous confie Amel Hamrouni, en marge de ce concert. Et d’ajouter: «On n’est plus sur des projets idéologiques ou politiques, mais sur une question d’identité dans la tourmente de la mondialisation», commente l’artiste. En effet, ce concert d’El Bahth El Moussiki qui s’inscrit dans le même registre que ceux donnés en 2004, et marquant tous le retour de cette troupe sur scène après plus de dix ans d’absence a enchanté le public mélomane d’El-Jem qui a suivi le concert jusqu’à une heure tardive de la soirée du vendredi à samedi. Ousmane wagué


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com