Tunisie-France (1-3) : Même pas pour l’honneur





Pour le compte de son dernier match, sans aucune incidence sur la suite de son parcours olympique, le six national n’a même pas réussi à sauver l’honneur. Alignant ainsi cinq revers de suite, les Tunisiens rentrent au pays, sans gloire. Pourtant les Français, l’ombre de la fringante équipe de ces dernières années, étaient bien prenables. D’ailleurs Hfaïedh, qui a enregistré son retour après le forfait contre la Pologne dû à une légère blessure, et ses compères, ont donné l’impression de pouvoir prendre la mesure de leurs adversaires, ne ployant lors du premier set que sur le plus petit écart (23-25), après avoir mené (23-22). Le deuxième set sera dominé de bout en bout par les Tunisiens au sein desquels Belaïd a particulièrement brillé, grâce à une meilleure fraîcheur physique, vu qu’il a été mis au repos tout au long du set inaugural. Ayant régulièrement mené de 4 points (11-7), (13-9), (14-10) (16-12), les Tunisiens parviendront à creuser un écart de 7 points à la fin de ce set (25-18). Un léger mieux a été enregistré au niveau du contre (4 réussis) et à celui du service (1 seul raté contre 5 lors du premier set). Et comme ce fut malheureusement le cas le plus souvent, l’équipe accusera un inexplicable fléchissement, confirmant sa désarmante inconstance. Après une série de parités (4-4), (5-5)… (8-8), les Français grâce à un contre à trois impérial, emmené par un Dominique Daquin fort dissuasif, creuseront progressivement l’écart (8-10), (10-13), (12-16), (15-20), (16-23) et (19-25). Au cours de ce set, les Tunisiens ont raté 4 services directs et réussi un seul contre sur 13. Le quatrième set connaîtra pratiquement une évolution du score identique (4-4), (7-7), (8-12); (12-17), (13-19), sauf qu’il y eut un semblant de réveil vers la fin (18-21), (19-22), mais au péché mignon des Tunisiens de reprendre le dessus, à savoir ce rendement en dents de scie. Les Fehri, le moins mauvais sur l’ensemble du match, et consorts baisseront définitivement la garde (19-28)? En contraignant la France à concéder un set, les Tunisiens auront au moins eu la «consolation» d’avoir éliminé les Tricolores. Pour tout dire, la déception et le désabusement sont immenses. Aux responsables à tous les niveaux de réagir. Il y va d’un statut et d’un standing largement écornés sous les yeux scrutateurs des dieux de l’Olympe. Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com