Irak : La Résistance s’organise et met Zarqaoui au pas





La Résistance arabe contre l’occupation américaine s’organise et contrôle aujourd’hui 70% des opérations menées en Irak, alors que le Jordanien Abou Moussab Al Zarqaoui a reçu un ultimatum en raison de violations de l’idéologie islamique, a affirmé un des dirigeants de cette résistance. Le Quotidien-Agences «Il existe aujourd’hui une direction unique à la résistance formée d’Irakiens et d’autres Arabes, qui chapeaute 70% des opérations menées en Irak contre les Américains et ceux qui coopèrent avec eux», a indiqué cet Arabe, proche du chef d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden qu’il a côtoyé jusqu’à il y a trois ans. La direction de la résistance est formée d’Irakiens «qui vivaient en exil au temps de Saddam mais qui s’opposent à l’invasion américaine de leur pays», et d’Arabes «qui sont là pour soutenir leurs frères irakiens dans leur résistance contre le démon américain», a expliqué ce dirigeant rencontré dans un pays arabe où il se rend lors de ses sorties d’Irak. «Le financement de la résistance provient de riches Irakiens mais surtout de citoyens saoudiens qui fournissent une aide importante, alors que des résistants saoudiens se joignent au groupe», a-t-il dit. * Divergences avec Zarqaoui En raison de plusieurs violations de l’idéologie islamique, «Zarqaoui a reçu un ultimatum de la direction de la résistance qui le menace d’être écrasé par la force s’il poursuit ses agissements», a souligné cette source. «Zarqaoui qui est un crack en explosifs et en planification d’opérations militaires, avait reçu une protection de la résistance, mais aujourd'hui la majorité est contre lui en raison de divergences profondes d'idéologie», a-t-il dit de ce Jordanien de 37 ans, dont les Américains ont mis la tête à prix pour 25 millions de dollars. «La direction de la résistance a interdit à Zarqaoui de publier des communiqués et de poursuivre ses violations, sinon il sera écrasé afin de protéger la résistance», a-t-il dit. «Avant d’entrer dans le camp +Sada’a+ en Afghanistan, où moi-même, Zarqaoui et d’autres ont reçu leur entraînement militaire, nous avons prêté serment sur le Coran de ne pas utiliser la technologie que nous allions apprendre contre des Musulmans où des pays islamiques», a-t-il dit. Il a donné pour exemple la décapitation du premier otage, l’Américain Nicholas Berg, en mai, des mains de Zarqaoui dont il a «reconnu la silhouette», dans la vidéo de la décapitation rendue publique. «Il n’y avait pas de preuve qu'il était un agent des Etats-Unis, bien qu’il s’agissait d’un juif américain et notre religion ne tolère pas qu’on tue pour tuer, il faut qu’il y ait des preuves d’implication», a-t-il dit. Dans ce contexte, «tuer des policiers irakiens ou ceux de la nouvelle garde nationale est légitime, car ces individus sont des agents serviles des Américains et sont responsables de la mort de centaines d’Irakiens». Deux groupes inconnus, «Seïf Allah» et le «Mouvement du salut», ont menacé en juillet de tuer Zarqaoui qu’ils qualifient d’ «apostat» et de «criminel», le sommant de «quitter l’Irak immédiatement, avec ses partisans». * Les Baâthistes ne représentent que 15% de la Résistance Selon ce dirigeant de la résistance, les «partisans de Saddam», dirigés par Ezzat Ibrahim Al-Douri, ancien vice-président du Conseil de commandement de la révolution irakienne, la plus haute autorité du régime baâthiste déchu, recherché par les autorités américaines, «ne représentent que 15% de la résistance». Mais, a-t-il souligné, «ils sont très utiles à la résistance, notamment les anciens cadres des services de renseignement du régime de Saddam qui fournissent des informations précieuses sur les localités et les personnes». II a indiqué en outre que la résistance est constituée d’éléments «sunnites et chiites», qui ont une autonomie, mais «se coordonnent et coopèrent» entre eux, le dernier cas étant les combats à Najaf.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com