Jeunes et études / Le 3ème cycle: un plus ou une nécessité?





Aller le plus loin possible dans les études, semble devenir la tendance depuis quelque temps. La maîtrise ne suffit désormais plus pour certains. Témoignages. Tunis-Le Quotidien Il parait que certains jeunes ont trouvé la solution pour mettre davantage la chance de leur côté afin d’accéder au top dans leur carrière professionnelle. Aller le plus loin possible dans les études constitue pour ces derniers la démarche qui réponde le mieux à leurs aspirations et à leurs ambitions. Poursuivre ses études en troisième cycle jusqu’à l’élaboration de la thèse de doctorat devient ainsi l’objectif de beaucoup d'étudiants. Croyant dur comme fer que la maîtrise ne suffit plus, Otaïel Maâouia, 21 ans, étudiant en 3ème année musicologie, envisage de passer au palier du troisième cycle. «La maîtrise ne répond pas à mes ambitions. Je préfère enseigner à la faculté plutôt qu’au lycée. Les études approfondies me permettront d’enrichir mes connaissances et m’ouvrir ainsi davantage d’horizons pour l’embauche», dit-il. Et d’ajouter qu’enseigner la musique au lycée ne lui ajoute rien puisque c’est une matière facultative. Par contre, à la faculté elle constitue une matière principale dont les étudiants en feront leur gagne-pain plus tard. Quant à Imen, 19 ans étudiante en ingénierie, classes préparatoires, elle pense que pour un homme le 3ème cycle est nécessaire. «Je ne peux m’engager, nous confie-t-elle, avec quelqu’un qui n’a pas un très bon niveau universitaire. C’est très important pour moi. Par ailleurs, il vaut mieux continuer ses études que de rester les bras croisés sans rien faire», dit-elle. Imen pense également que le 3ème cycle s’impose surtout dans les filières des langues où la maîtrise est très accessible et en même temps pas très utile pour ceux qui voient loin et qui visent haut. Il faut dire que de nos jours le marché de l’emploi requiert les compétences les plus convaincantes. Celui qui dispose d’un cursus universitaire consistant a plus de chances de trouver sa place au soleil. Quant à Yosr Massoudi, 22 ans, récemment diplômée de l’Institut supérieur de musicologie, elle n’a qu’un seul objectif, poursuivre ses études après l’obtention de sa maîtrise. «Avoir un diplôme d’études après quatre ans d’études, c’est bien. Mais en avoir d’autres dans la même spécialité c’est encore mieux. Finalement, le troisième cycle est, à mon avis, un «plus» nécessaire. Chaque étudiant vise actuellement la voie royale dans son environnement humain et professionnel. Chacun espère le mieux pour lui, si ce n’est l’excellence. Il est vrai que les études demandent beaucoup de temps, d’efforts et de souffle de la part de l’étudiant, mais c’est toujours mieux que de rester chez soi à ne rien faire». Beaucoup, cependant, parmi ceux qui ont obtenu leur maîtrise ont opté pour la recherche d’un emploi plutôt que de continuer leurs études. Certains parmi eux, dans l’attente d’un boulot, ont raté une possibilité d’inscription pour un éventuel 3ème cycle. N’ayant pas suivi l’exemple de ceux qui ont pris leurs précautions dès le départ et se sont investis dans les études afin de ne pas perdre une année au cas où ils ne dénicheraient pas d’emploi. Il y a ceux enfin qui se rendent compte que si tout le monde se mettait à poursuivre les études jusqu’à leur top, des problèmes sans nombre surgiraient au sein de l’université, dans le marché de l’emploi et aussi au niveau des compétences humaines. Wissal Hasnaoui


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com