UGTT : Les Syndicalistes souhaitent réviser les normes du secteur textile





Les normes de la production dans les industries du textile-habillement et du cuir et chaussures ont été au centre du débat organisé, hier, par l’UGTT dans le cadre du séminaire de formation qui se tient depuis deux jours à Tunis. Tunis - Le Quotidien Vu les défis multiples qu’affronte le secteur du textile - habillement tunisien dans son milieu national et international, les représentants syndicaux de cette industrie se sont penchés hier, au cours du séminaire de formation organisé par l’UGTT et l’Organisation arabe du travail, sur les dispositifs à mettre en place dans l’environnement du secteur textile pour préserver à la fois le droit des travailleurs et les atouts du secteur et garantir sa compétitivité sur le marché mondial. Les points majeurs sur lesquels l’accent a été mis au cours de cette rencontre portent essentiellement sur les normes de production qui comportent plusieurs axes, tels que le temps de la production nécessaire pour chaque pièce dans le travail à la chaîne, le régime salarial appliqué dans l’industrie du textile et les primes liées au rendement des ouvriers. Tout ceci en rapport la fois avec les normes imposées par les donneurs d’ordre européens et les exigences des sous-traitants tunisiens. Les syndicalistes représentants des fédérations régionales de l’UGTT ont appelé dans ce sens à ce qu’ils aient plus de marge de manœuvre dans la mise en place de ces normes qui, selon eux, ne servent plus convenablement les droits des ouvriers. A cet effet, les syndicalistes ont proposé de recruter des techniciens auprès des centres de formation dans le textile-habillement qui leur semblent aptes à proposer une normalisation convenable du milieu du travail en fonction des caractéristiques spécifiques de l’industrie textile. Ils ont souligné que les normes appliquées jusqu’ici sont celles imposées par les donneurs d’ordre européens. Ces normes sont toutefois encore loin d’être appropriées aux dispositifs de production dans l’usine tunisienne (climat, aménagement de l’espace, répartition des tâches...). Pourtant, les donneurs d’ordre européens imposent une chronologie de production très serrée qui pousse les sous-traitants à accepter des normes de production qui ne sont pas précisément adéquates. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com