E.S.T. – C.S.S./ Walid Azaïez (E.S.T.) : «Brouiller les cartes de l’adversaire»





Rien ne vaut un succès aux dépens d’un prétendant pour entamer de belle manière le championnat. Tel est l’avis du robuste défenseur central de l’Espérance qui estime que son club est fin prêt pour ce rendez-vous. Interview. * Pour son premier match du championnat, l’Espérance reçoit un C.S. Sfaxien motivé et ambitieux. Avec quel état d’esprit aborderez-vous cette opposition ? - Il est vrai qu’entamer le championnat par ce «classique» exige beaucoup de concentration et d’efforts, mais ce constat est valable pour les deux équipes, et celui qui aura le dernier mot aura souffert avant de l’emporter. Cela dit, l’Espérance abordera ce match avec la nette intention de l’emporter car rien ne vaut un succès face à un grand de la compétition pour prendre son envol et annoncer la couleur, sans oublier qu’une bonne prestation face au C.S.S. nous permettra de bien préparer notre prochain rendez-vous continental. * Justement, l’Espérance qui a déjà bien négocié ses trois premières sorties en Ligue des Champions et qui parait bien compétitive part-elle selon vous avec les faveurs du pronostic dans ce «classique» du championnat ? - Mais le C.S.S. vient aussi de participer à un tournoi international et semble atteindre un bon niveau de compétitivité. C’est dire que la rencontre sera bien difficile pour les deux équipes, même si je demeure convaincu que l’Espérance est bien armée pour réussir ce premier rendez-vous de la saison. * Où résidera, selon vous, la clé du match ? - Je pense que celui qui marquera le premier l’emportera. Et c’est pour cette raison que nous chercherons à marquer dans le premier quart d’heure pour brouiller les cartes de l’adversaire. * Après sept titres consécutifs, l’Espérance garde-t-elle toujours la même flamme à l’aube de cette nouvelle saison ? - Il faut avouer que notre objectif principal demeure la Ligue des Champions. Quant au championnat local, tout dépendra des débuts. Si on arrive à aligner quatre ou cinq succès dans les cinq premières journées, nous prendrons notre envol et il sera alors difficile de nous arrêter. * Mais cette saison l’opposition s’est bien renforcée et la concurrence pour le fauteuil de leader s’annonce dure selon les observateurs - Il est vrai que l’Etoile ou le Club Africain paraissent bien armés cette saison, mais cela ne suffira peut-être pas car le championnat est très long et bien des choses peuvent arriver en cours de route (accidents de parcours, blessures, suspensions, etc.). Il est donc très tôt pour prédire l’avenir. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com