Le président US refuse de relancer les négociations israélo-palestiniennes : Un Etat palestinien limité à la Bande de Gaza





Le président américain George Bush a refusé une proposition qui lui a été soumise par le Premier ministre palestinien Ahmed Koreï pour relancer les négociations de paix entre les deux parties israélienne et palestinienne sous l’égide des Etats-Unis. En contre-partie, Bush a appelé Koreï à un cessez-le-feu sans conditions avec Israël et à un règlement comportant quatre points. Le Quotidien-Agences Le quotidien qatariote «Al Watan» révèle le contenu d’une correspondance secrète entre le Premier ministre palestinien Ahmed Koreï et le président américain George Bush. Selon «Al Watan», Ahmed Koreï a avancé une proposition israélo-palestinienne en vue de parvenir à un règlement définitif du conflit du Proche-Orient. Koreï a fixé les thèmes de ces négociations à savoir : la question des réfugiés palestiniens, celle d’Al-Qods, celle des colonies juives et de la dimension et des frontière de l’Etat palestinien. Le Premier ministre palestinien a également demandé à Bush de ne pas se limiter au plan de retrait de Sharon de la Bande de Gaza. * Les quatre points de Bush La réponse de Bush à cette proposition est contenue dans une lettre manuscrite de ce dernier dont «Al Watan» dit en posséder une copie. Selon les diverses sources diplomatiques, cette lettre constitue actuellement la base de tous les entretiens américano-palestiniens et exprime la véritable position stratégique de Washington vis-à-vis du conflit israélo-palestinien. La lettre de Bush contient quatre points essentiels : en premier lieu, le président américain incite la Direction palestinienne à faciliter la tâche à Ariel Sharon. A cet effet, Bush dit dans sa lettre à Koreï: «Je vous encourage vigoureusement, vous et votre gouvernement à saisir l’opportunité qui s’offre à vous pour faire du retrait israélien de la Bande de Gaza et de certaines parties de la Cisjordanie, le commencement d’un nouveau processus à même de mettre fin au vieux conflit dramatique du Proche-Orient et d’améliorer les conditions de vie des Palestiniens». Bush considère également que l’engagement du Premier ministre israélien à se retirer des territoires pré-cités constitue «un précédent favorable et un pas sur la voie de la paix». En retour, le président américain exhorte le gouvernement palestinien à observer «un cessez-le-feu sans conditions avec Israël, à mettre fin à la violence anti-israélienne, à lutter contre le terrorisme en démantelant ses structures et à entreprendre des réformes politiques». En second lieu, Bush demande à l’Autorité palestinienne de considérer la Bande de Gaza comme un territoire de l’Etat palestinien sans fixer aucune échéance à l’instauration de cet Etat dans son ensemble, tel qu’il a été mentionné dans la «Feuille de route». En troisième lieu, le président américain invite la Direction palestinienne à œuvrer à trouver «un cadre réaliste juste, équitable et établi en commun accord avec Israël pour résoudre le problème des réfugiés palestiniens». «Ce cadre», dit-il, doit prendre en considération la sécurité et l’avenir d’Israël en tant qu’Etat juif». En quatrième lieu, Bush a fait part de la proposition de Koreï de relancer les négociations de paix israélo-palestiniennes sous la bienveillance des Etats-Unis tel qu’il s’est passé avec l’ex-président américain Bill Clinton. Bush a exprimé son refus de parrainer ces négociations signifiant qu’il soutient actuellement le plan de retrait de Sharon de la Bande de Gaza.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com