Horaire d’été : Les Tunisiens partagés sur la double séance





Pour la majorité des Tunisiens surtout les employés de la fonction publique, la séance unique est une véritable aubaine. Par contre pour d’autres, ce régime présente le risque de tout bloquer. La reprise de la double séance semble ainsi renverser la situation et divise les avis et les opinions. Tunis - Le Quotidien A partir d’aujourd’hui, administrations publiques et privées reprennent l’horaire de la double séance après deux mois ponctués par le rythme accéléré de la séance unique. Ce dernier régime qui reste exclusivement estival continue à alimenter les discussions quant à son utilité par rapport à la double séance, notamment quand on évoque la question du rendement. Hier, dans certaines administrations publiques on sentait déjà la lourdeur de la transition dans les gestes des agents qui semblent avoir du mal à digérer le retour au rythme de la double séance qui coïncide avec l’avènement de l’automne et son temps marqué par l’instabilité. Il est vrai que la séance unique permet de longues heures de repos pour les amateurs de la sieste et des après-midi de prélassement sur les plages pour les accros des baignades. * Pour la double séance Malgré tous les avantages qu’offre l’horaire de la séance unique, de nombreuses personnes que nous avons interrogées défendent la double séance. Pour ces derniers, la double séance reste le régime le plus approprié, autant pour le fonctionnaire que pour le citoyen-client de l’administration. M. Tarek Boujemaâ, avocat, estime que «durant les deux mois de l’été durant lesquels on applique l’horaire de la séance unique, on risque de perturber tout un mécanisme de fonctionnement sur lequel repose le réseau des services publics. Quand on coupe ce processus censé se baser sur la continuité et la disponibilité du service pour le citoyen, on ne fait que ralentir d’une façon très grave la marche de la productivité de tout notre système économique», dit-il. Et M. Tarek de souligner qu’«on a souvent tendance à évoquer ce sujet en terme de rentabilité, alors que le secret de la bonne marche du travail administratif tient avant tout de la mentalité. En fait, quand on est en plein été et que la canicule ne cesse de sévir pendant des jours et des jours, le critère de la mentalité risque d’être totalement écarté puisque la majorité des fonctionnaires pensent à tout diront certains, sauf à remplir leurs tâches comme souhaité par le citoyen en attente d’une formalité administrative qui peut ne pas dépasser une simple signature. M. Béchir Ben Saâd, un professionnel dans l’artisanat, a eu ainsi la mauvaise surprise de voir sa demande d’un crédit bancaire se perdre dans les tiroirs d’une administration publique pour la simple raison que la personne chargée du dossier était partie en vacances et que l’agent chargé de la remplacer est presque fictive à force d’absences continues. M. Béchir qui a dû passer un été pas comme les autres en faisant d’incessants va-et-vient entre les bureaux de plus d’une administration, a enfin compris qu’il lui faudrait attendre le retour des vacanciers pour espérer une hypothétique délivrance. * Chute de la rentabilité Toujours dans le même chapitre, un autre avis défend le régime de la double séance à travers une lecture de la rentabilité de l’employé qui fait une chute spectaculaire au cours des deux mois consacrés à la séance unique. M. Abdelmajid Znin, un formateur dans un centre de formation professionnelle indique que «plusieurs études dans le milieu du travail ont montré que durant les heures matinales, la qualité du rendement augmente d’une façon ascendante mais n’atteint le niveau nécessaire pour le fonctionnaire normal d’un service quelconque qu’après 3 à 4 heures. Ceci montre que durant la période de la séance unique on n’atteint jamais le niveau souhaité, vu que l’employé commence à ce moment là à penser à ce qu’il a programmé pour l’après-midi, c’est-à-dire qu’il se sent déjà démobilisé». Et notre interlocuteur d’évoquer l’exemple de l’Italie où on pratique le régime d’un horaire qui s’étale de 9 heures du matin à 16 heures. «Une approche qui a fait ses preuves et qui pourrait être adoptée dans nos administrations», propose-t-il. Cette baisse du rendement qui marque le travail dans les différents établissements publics et privés est considérée justement par certains comme la résultante de l’été. D’après M. Samir, avocat, «on peut maintenir la séance unique comme horaire officiel durant toute l’année et on aura de bons résultats en terme de productivité dans la mesure où l’individu trouvera du temps libre plus conséquent pour se distraire et pratiquer d’autres activités de divertissement. Cette manière de procéder permettra de réduire d’une façon considérable la consommation en énergie et résoudra plusieurs problèmes dont notamment l’éternel problème de la circulation», estime-t-il. Ainsi, les arguments dans les deux camps sont loin de manquer et chacun défend à sa manière un régime spécifique au détriment de l’autre. Mais il semble que le point sur lequel repose l’efficacité de chacun de deux régimes relève tout bonnement de la mentalité de l’individu. Et là, c’est une autre paire de manche. Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com