En marge de la convention du Parti républicain : Les exclus de l’Amérique donnent de la voix





•12,5% des Américains, vivent au-dessous du seuil de la pauvreté En marge de la convention du Parti républicain, à New York, les exclus de la croissance américaine sont décidés à donner de la voix sous les fenêtres de la convention républicaine, pour réclamer au parti du président George W. Bush un accès plus égalitaire à l’éducation, à l’emploi et au logement. Le Quotidien - Agences «C’est une honte que dans le pays le plus riche du monde, 12 millions d’enfants aient faim chaque soir», sur une petite tribune dressée face au siège des Nations unies, un militant associatif hausse d’emblée le ton pour galvaniser la foule, sous l’œil de policiers déjà en tenue anti-émeute. Pacifistes, anarchistes, syndicalistes, défenseurs des plus pauvres ou exclus eux-mêmes, ils sont plusieurs milliers rassemblés hier lors d’une des deux grandes manifestations de la journée à Manhattan pour davantage de justice sociale. Pour eux, dire «non à Bush» ne revient pas seulement à dénoncer les mauvaises raisons d’intervenir en Irak. Il faut aussi pointer du doigt ce que ce conflit coûte au pays depuis 18 mois, au détriment de l’aide sociale, de subventions aux écoles ou aux églises distribuant des repas gratuits. «Je suis venu ici pour dénoncer l’industrie des maisons de soins infirmiers, il s’agit d’un abus d’incarcération», lance Jim, de l’association Adapt, réclamant des moyens publics pour que les handicapés en fauteuil roulant puissent être soignés à domicile. Des sourds et muets aux mères célibataires, en passant par les syndicalistes de l’Etat voisin du New Jersey, chacun vient partager à la tribune sa colère contre la politique du gouvernement Bush. L’opportunité d’un tel écho ne se représentera pas de sitôt, alors que les médias du monde entier ont envahi New York cette semaine pour couvrir la convention. Rosemary Burton, une noire venue de Philadelphie (est), raconte qu’elle attend de percevoir une aide publique de 205 dollars par mois pour envisager de se réintégrer après une cure de désintoxication «à la drogue et l’alcool». «Vous n’êtes jamais sûrs de rien, pour certaines raisons on peut vous refuser» cette allocation dit-elle. «Le plus dur pour moi sera de trouver un logement que je puisse payer», ajoute cette femme de 39 ans, actuellement soignée dans une institution spécialisée. Selon des chiffres officiels rendus publics jeudi dernier, la pauvreté a augmenté aux Etats-Unis en 2003, pour la troisième année consécutive. Elle touche désormais 35,9 millions de personnes soit 12,5% de la population. Pour une personne seule, le seuil de pauvreté est fixé à 9.393 dollars de revenu annuel. _________________ * Le 11 septembre, l’aubaine Le Quotidien - Agences Les Républicains ont multiplié hier les références aux attentats du 11 septembre 2001 au deuxième jour de leur convention à New York. Outre l’ex-maire Rudolph Giuliani, la veuve d’un pompier tué dans l’effondrement des tours du World Trade Center, la sœur du pilote de l’avion précipité sur le Pentagone à Washington et l’épouse d’un passager du vol 93 qui s’est écrasé en Pennsylvanie se sont exprimés sur le podium. Pour sa part, le sénateur républicain modéré John McCain a pour sa part appelé les Américains à rester unis dans la lutte contre le terrorisme, évoquant ses «amis» démocrates et se refusant à lancer des attaques contre John Kerry.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com