Jeunes et rentrée universitaire : Entre enthousiasme et désenchantement





Les vacances touchent déjà à leur fin. Finies les baignades, les promenades, les soirées jusqu’à l’aube. Désormais, le farniente cède la place au labeur. La rentrée universitaire et scolaire se fait déjà sentir. Tunis-Le Quotidien Les pensées semblent se diriger vers les institutions scolaires et universitaires. Elèves, lycéens et étudiants ont commencé à couper avec la fièvre des vacances. La libraires affichent les fournitures et les premiers achats ont d’ores et déjà commencés. Encore faut-il que les jeunes soient prêts pour reprendre le chemin de l’école. Mohamed El Hédi Boutiti est en tout cas très enthousiaste. «Ce sera ma première année à l’université. Je vais certainement découvrir un nouveau monde, une nouvelle mentalité. Je viens de l’intérieur du pays et franchement je suis en train de découvrir toute la capitale. Personnellement, je suis prêt à entamer l’année universitaire avec beaucoup d’enthousiasme et de motivation», dit-il. Imen B.H, 24 ans, 4ème année Sciences Juridiques, a du mal en revanche à couper court avec l’ambiance des vacances. «Je continue jusqu’à ce jour à me baigner, à sortir avec ma famille et mes amis. Je sens que je ne suis pas prête à reprendre les cours. De plus, je sais pertinemment que ma formation requiert beaucoup d’efforts et de concentration. J’ai donc encore besoin de me divertir car dès que j’entamerai l’année universitaire, il n’y aura plus de place pour les loisirs», dit-elle. En effet, il est difficile de reprendre les cours lorsqu’on n’a pas profité suffisamment des vacances . Le manque de divertissement crée chez certains étudiants une certaine frustration qui handicape leur retour à la vie estudiantine. C’est l’avis de Maha Aguerbi, 22 ans, étudiante en arts graphiques, «franchement, je n’ai pas profité de mes vacances cette année. Ma famille a l’habitude de louer une maison sur la plage mais cet été, pour des raisons financières, on n’a pas pu le faire. Franchement des vacances à la maison, c’est pas du tout génial!», affirme-t-elle. Et d’ajouter: «C’est ce qui rend la rentrée très pénible, puisque je n’ai pas pris la charge de divertissement nécessaire qui me permet de tenir toute une année de labeur». Slim Nassef, étudiant en 2ème année économie de gestion, lui se dit prêt à entamer une nouvelle année universitaire. «Il est temps de reprendre le travail», dit-il. «J’en ai assez du farniente, des soirées, des baignades. J’en ai profité à fond. Il n’y a plus rien à voir. Chaque chose a son temps. Maintenant place au boulot». Pour ceux qui ont pleinement profité de leurs vacances et ceux qui ne l’ont pas pu, désormais il ne reste plus de choix. La rentrée s’impose et il va falloir assurer cette année. Wissal Hasnaoui


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com