IRAK : Sept otages libérés, aucune nouvelle des journalistes français





* Attaque manquée contre Chalabi, une autre réussie contre un représentant de Sadr à Bagdad Sept otages, trois Indiens, trois Kenyens et un Egyptien, ont été libérés hier en Irak, alors qu’on était sans nouvelles des deux reporters français enlevés. Parallèlement, le pays a connu une nouvelle vague d’attaques contre les personnalités politiques. Ainsi, un représentant de Sadr a été tué hier alors qu’Ahmed Chalabi en est sorti avec quelques égratignures. Le Quotidien - Agences Les chauffeurs Indiens, Kenyens et Egyptien qui travaillaient pour la Kuwaït Gulf Link Company, avaient été enlevés le 21 juillet par l’«armée secrète islamique-brigade des drapeaux noirs». Ils ont été libérés à Falloujah, bastion de la guérilla sunnite puis transportés à l’ambassade d’Inde dans la capitale avant d’être conduits à l’aéroport. «Comme nos demandes ont été satisfaites et que la compagnie koweïtienne qui livrait de l’équipement aux infidèles américains se retire d’Irak, nous avons décidé de libérer les sept otages», écrivent les ravisseurs dans un communiqué. Un autre otage, de nationalité turque, enlevé le 7 août, a été libéré dans le nord de l’Irak, selon des informations non confirmées de la chaîne turque NTV. La police irakienne a de son côté indiqué avoir libéré un chauffeur turc enlevé quelques heures plus tôt par des inconnus dans le Nord de l’Irak. Ce dénouement heureux survient au lendemain de l’annonce sur le site Internet du groupe islamiste «Ansar Al-Sunna», réputé proche du réseau Al-Qaïda, du massacre sans précédent en Irak de douze travailleurs népalais, enlevés quelques semaines plus tôt en Irak. * Aucune nouvelle des Français On était par ailleurs sans nouvelles de Georges Malbrunot, envoyé spécial du quotidien Le Figaro, et Christian Chesnot, de radio France internationale après l’expiration mardi soir du deuxième ultimatum lancé à Paris par les ravisseurs qui exigent l'abrogation de la loi interdisant notamment le voile islamique dans les écoles publiques en France. Le chef de la diplomatie française Michel Barnier est arrivé à Doha dans le cadre d’une tournée régionale visant à obtenir la libération des deux Français enlevés le 20 août par «l’armée islamique en Irak», le même groupe d’obédience sunnite qui a enlevé et exécuté le journaliste italien Enzo Baldoni la semaine dernière. «Il n’y a pas d’élément nouveau» a déclaré à Paris la ministre déléguée aux affaires européennes, Claude Haignere. Le gouvernement du Qatar ainsi que le pape Jean-Paul II ont joint leurs voix aux appels à la libération des deux Français. * Attaques en série Par ailleurs, le chef du congrès national Ahmad Chalabi a annoncé avoir échappé le matin à un attentat dans la localité de Latifiya, à 25 km au Sud de Bagdad, qui a blessé deux de ses gardes du corps. Une voiture a ouvert le feu sur son convoi alors qu’il se rendait à Bagdad. Un représentant du chef chiite Moqtada Sadr à Bagdad, Bachir Al-Jaziri, a également été tué sur la route entre Bagdad et Najaf, près de Latifiya, selon un responsable du mouvement Sadr à Bagdad, Naïm Al-Qaabi, qui a accusé le gouvernement de ne rien faire pour y rétablir l’ordre. Cette localité à majorité sunnite est une zone à hauts risques pour les voyageurs et de nombreux meurtres et rapts s’y sont produits ces derniers mois. Beaucoup d’indices laissent croire que Christian Chesnot et Georges Malbrunot ainsi que Enzo Baldoni ont été enlevés dans cette région. Enfin, un Irakien a été tué à Mossoul, lors d’une attaque au mortier contre un convoi britannique. Enfin, un policier irakien a été tué et 18 personnes, 17 civils et un policier ont été blessées hier à Mossoul par des tirs de mortier contre le bâtiment du gouvernorat de la province de Ninive, a annoncé l’armée américaine. Il s’agissait de la première attaque contre ce bâtiment depuis l’assassinat, en juillet, du gouverneur de la province de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com