Souk El Hafsia ravagé par un gigantesque incendie





•23 boutiques de fripe détruites •Des pertes estimées à un million de dinars Un incendie s’est déclaré avant-hier aux alentours de dix-neuf heures et ce, au niveau de l’aile gauche de Souk El-Hafsia situé en plein cœur de la Médina de Tunis. Vingt-trois boutiques ont été ainsi entièrement détruites et les dégâts matériels sont estimés à plus d’un milliard de nos millimes. On ignore, cependant, les causes de ce sinistre. Tunis - Le Quotidien Les larmes aux yeux, M. Mohsen Aouadi, marchand de fripe et l’une des victimes de cet incendie, nous déclara qu’il a été avisé de cette tragédie aux alentours de vingt-heures. En arrivant sur les lieux, il constata que le feu a pratiquement détruit toute sa boutique. «J’ai perdu la totalité de mon capital. Plus de quinze mille dinars sont partis en fumée, déplore notre interlocuteur. Et M. Ridha Boutriaâ, un autre marchand de fripe, d’ajouter: «C’est un vrai drame qui touche plusieurs dizaines de familles... Le feu nous a tout pris. J’ai perdu environ trente mille dinars en marchandises», dit-il. * L’eau qui manque à la protection civile... Une heure après le début de l’incendie, une unité de la protection civile est arrivée sur les lieux du drame. Coup de théâtre, les agents ont utilisé des moyens archaïques pour maîtriser l’incendie. En l’absence d’eau, il leur était difficile de venir à bout du feu qui s’était propagé même à l’intérieur du souk. Heureusement que les voisins ont prêté main forte aux agents de la protection civile en mettant à leur disposition leurs robinets. A ce propos, M. Ridha Boutriaâ nous a confié: «Je remercie vivement les voisins qui ont fait preuve d’une grande générosité et d’une solidarité inégalable». Finalement, l’incendie a été maîtrisé après huit heures de lutte contre le feu, c’est-à-dire aux alentours d’une heure du matin. * Le malheur des uns fait le bonheur des autres Alors que tout le monde tentait de sauver la marchandise, des énergumènes malveillants ont profité de la panique pour voler argent, objets de valeur et autres marchandises. A ce propos, M. Mourad Mouaddeb et Mansour Tahri nous ont déclaré: «Nous étions absents au moment du drame. Nos collègues ont alors défoncé les portes de nos boutiques pour sauver la marchandise. Des voleurs en ont profité pour s’emparer de la recette (trois mille dinars) et de plusieurs articles dont des vêtements en cuir et des chaussures de marque. * Mystère... ? Interrogées sur les causes de cet incendie, toutes les victimes nous ont déclaré que toutes les hypothèses demeurent plausibles. Un court-circuit électrique pourrait en être la cause ainsi que toute autre thèse criminelle. Il faut dire que dix ans auparavant, le souk a été ravagé par un incendie dont on ignore toujours les causes. Toutefois, une source policière nous a indiqué que les agents de la police technique ont procédé à des prélèvements afin de déterminer les causes exactes de cet incendie. En attendant, tous les marchands de fripe nous ont prié de transmettre le message suivant aux autorités: «Nous demandons que les services compétents de la municipalité de Tunis nettoient rapidement le souk afin de nous permettre de reconstruire nos boutiques et reprendre notre activité». Il y a lieu, en effet, de signaler que plus de cent personnes vivent de ce souk. Habib MISSAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com