Israël évoque des représailles contre la Syrie : Damas dans le collimateur





Israël a fait porter à Damas la responsabilité de la double opération suicide palestinienne de mardi à Beersheva et a évoqué hier la possibilité de lancer des opérations militaires contre la Syrie qui a jugé ses accusations «infondées». Le Quotidien - Agences «Il est possible de lancer des opérations à condition de bien choisir ses cibles et le moment approprié, afin que les Syriens comprennent qu’il y a des limites à ne pas franchir», a déclaré le vice-ministre israélien de la Défense, Zeev Boim. A la suite d’une précédente opération suicide, Israël avait lancé le 5 octobre 2003, pour la première fois depuis trente ans, un raid aérien près de Damas contre un camp d’entraînements utilisé selon l’Etat hébreu par le Jihad Islamique. Hier, le ministre israélien des Affaires étrangères Sylvan Shalom a aussi rendu la Syrie responsable de la double opération de mardi qui a fait 16 morts, outre les deux kamikazes. Cette opération a été revendiquée par le Hamas, le principal mouvement islamiste palestinien dont la direction politique siège à Damas. «La Syrie est responsable du terrorisme qui sévit contre nous car ce pays abrite les quartiers généraux des organisations terroristes et c’est de Damas que partent les ordres de commettre les attentats», a affirmé Shalom à la radio militaire. Le porte-parole du Premier ministre Ariel Sharon, Raanan Gissin, a pour sa part déclaré que «les ordres des attentats terroristes viennent directement du bureau de Khaled Mechaal (le chef du bureau politique du Hamas), installé à Damas». * Campagne diplomatique Ces dénonciations vont alimenter une campagne diplomatique internationale lancée par Israël contre Damas. Shalom s’est ainsi rendu hier aux Pays-Bas pour s’entretenir avec son homologue néerlandais Bernhard Bot, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne, avant une réunion des chefs de la diplomatie des 25. Shalom a indiqué qu’il tenterait de convaincre les Européens de reporter la signature d’un accord d’association économique avec la Syrie, pays qui figure sur la liste des Etats soutenant le terrorisme établie par le département d’Etat américain. A Washington, l’ambassadeur d’Israël Daniel Yaalon devait rencontrer aujourd’hui des responsables de la Maison-Blanche afin de leur transmettre des informations sur la présumée implication de la Syrie dans les opérations de mardi, a annoncé la radio publique. * La Syrie rejette les menaces Aussitôt après ces accusations, le ministre syrien des Affaires étrangères Farouk Al Chareh a rejeté hier les menaces d’Israël et juge infondées les accusations de l’Etat juif sur la responsabilité de son pays dans l’opération. «Les menaces lancées par Israël contre la Syrie ne sont basées sur aucune preuve et manquent totalement de crédibilité», a déclaré Chareh, cité par l’agence officielle Sana. Ces menaces «font monter la tension dans la région», a-t-il ajouté, lors d’un entretien avec l’envoyé spécial du Japon au Proche-Orient, Tatsu Arima. * Incursion à Gaza Sur le terrain, trois Palestiniens ont été tués et huit autres dont un enfant ont été blessés et deux immeubles détruits lors de deux incursions de l’armée israélienne dans la Bande de Gaza hier, selon des sources sécuritaires et médicales. L’armée israélienne a découvert en outre l’entrée d’un tunnel de 10 mètres de profondeur menant vers la colonie juive de Kfar Darom, dans le sud de la Bande de Gaza, a-t-on annoncé de sources militaires. Ce tunnel se trouvait dans le camp de réfugiés de Deir el Balah, situé près de Kfar Darom. Il devait permettre l’infiltration de Palestiniens en vue de commettre des opérations dans cette colonie selon ces sources.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com