Tabarka Latinos Festival : Une première fausse note!





Ouverture ratée. Tabarka Latinos Festival dans sa première soirée n’a pas su relever le défi. “Hermes House Band” a provoqué ce premier faux pas. Lancé l’année dernière dans le cadre de l’animation de la ville de Tabarka et à l’instar d’autres nouveaux produits culturels et touristiques tels le festival du jazz et le festival de la World Music, Tabarka Latinos festival semble tomber dans les pièges de la facilité. Pour cette deuxième édition, les organisateurs ont choisi de céder la scène à Hermes House Band, un groupe qui nous vient, selon les affiches collées ici et là, de l’Amérique latine. Un premier point d’interrogation qui se pose sur le genre musical que présente ce groupe. Pour les accros des chaînes radiophoniques, Hermes House band est un groupe très connu, un groupe à succès qui répond aux besoins des animateurs en quête de rythme. Pour le terrain et le live, c’est une autre paire de manche. La soirée d’ouverture de Tabarka Latinos Festival en témoigne. Déjà 22h00, la Basilique a accueilli un bon nombre de spectateurs dont la majorité sont des jeunes venant goûter des sauces latinos. Quelques minutes après, on annonce que le DJ de Hermes House Band allait donner le coup d’envoi de la soirée pour animer le public. Une première surprise car c’est pour la première fois dans l’histoire des festivals de Tabarka qu’on fait ce genre de démarrage. Pour ceux qui ont été là, uniquement pour bouger les hanches, rien ne semble les décevoir. Au contraire, c’est bon pour commencer la soirée en attendant l’arrivée de Hermes House band. Avec son mixage de la chansons “Harramt Ahibek” de Warda Al Jazaïriya et un autre tube de musique traditionnelle algérienne, le DJ a donné le coup d’envoi de cette soirée. Bizarre car la qualité de ce DJ a été si médiocre, insensée… Tabarka Latinos Festival mérite mieux que ça! Une vingtaine de minutes après, les Hermes House Band ont pris leur place sur la scène de la Basilique. Charmante, habillée de noir et escortée de ses deux danseurs, Jessy, la vedette du groupe, a fait tourner les têtes de nos jeunes. Et le bal est déjà parti avec une musique jouée en play-back. Où sont les musiciens du groupe? Où sont les guitares, les tambours, les claviers…? A côté de Jessy et ses deux danseurs, il n’y avait qu’un guitariste et un joueur d’orgue. “Je remercie beaucoup les organisateurs qui m’ont permis de découvrir votre pays et de jouir de votre soleil. Je me sens comme si j’étais en vacances”, a déclaré la jeune chanteuse qui a été surprise de voir un public si chaleureux. La réalité a été presque ça , car Jessy n’a pas fait un grand effort pour lancer comme il faut la soirée et elle s’est contentée de faire des reprises de quelques tubes à succès pour faire chavirer le public et surtout ceux des gradins. Un public qui n’a cessé de se déhancher et d’applaudir la charmante Jessy. “I Will survive” chanté quatre fois, et “Ola, Ola” chanté aussi trois fois, ainsi qu’un ou deux autres tubes ont fait le menu de la prestation de cette jeune chanteuse dont les chansons n’ont aucun lien avec les musiques latinos. Hermes House Band, composé de chanteurs de différentes nationalités, a été loin des attentes d’une grande frange du public. Pour nos bambins qui ont assisté à cette soirée et qui ont rêvé de prendre part dans la célèbre émission française “L’école des fans”, Hermes House Band leur a offert cette occasion. “J’aime les enfants” a commenté Jessy dont la prestation n’a même pas duré une heure et dont la qualité du spectacle a été tout juste moyenne. Pour les organisateurs, c'était la déception. Ils n’en ont pas cru leurs yeux mais ils nous ont promis que la deuxième soirée serait de taille et qu’il y aurait de bonnes surprises. Imen Abderrahmani


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com