Qoreï présente son bilan au Parlement : Tollé sur la sécurité





Le Premier ministre palestinien Ahmad Qoreï a présenté hier le bilan de son gouvernement au Parlement mais des députés se sont dits déçus de ce qu'il ait omis le chaos sécuritaire, un dossier sur lequel il était très attendu. Le Quotidien - Agences Selon le député Ahmad Al-Dik du mouvement Fatah, Qoreï a largement consacré son intervention devant le Conseil législatif (CLP, parlement) aux préparatifs de l'Autorité palestinienne en vue du retrait israélien de la bande de Gaza prévu à la mi-août. "Il n'a pas exposé un programme d'action dans le domaine sécuritaire ni le plan du gouvernement pour faire face au chaos sécuritaire", a déclaré Dik. "Il a essuyé des critiques d'un grand nombre de députés", a-t-il ajouté. Selon lui, les députés, réunis à huis clos au siège du CLP à Ramallah, ont étudié la déclaration de Qoreï et certains d'entre ont envisagé de demander le vote d'une motion de censure à l'encontre du gouvernement avant d'y renoncer. M. Dik et d'autres députés ont en effet estimé qu'une telle motion avait peu de chances d'être adoptée en raison de l'imminence du retrait israélien de la bande de Gaza. "Nous redoutons la possibilité que le retrait ait lieu en l'absence d'un gouvernement palestinien", a-t-il expliqué. "Les députés qui voulaient un vote de défiance n'ont pas réussi à présenter le gouvernement comme suffisamment faible pour justifier une telle sanction", a pour sa part indiqué le député indépendant Azmi Al-Chouaïbi. Le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, le général Nasr Youssef, était présent au parlement pour répondre à d'éventuelles questions de députés sur les mesures prises par les services de sécurité pour lutter contre le chaos sécuritaire en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Selon des députés, la situation sécuritaire pratiquement passée sous silence par Qoreï devrait en fin de compte être débattue dimanche lors d'une réunion entre la commission de l'Intérieur et la Sécurité du CLP et le général Youssef. * Devoirs Qoreï a pour sa part affirmé à la presse à l'issue de la session avoir exposé aux députés "les devoirs du gouvernement et ce qu'il a accompli dans tous les domaines". "Je l'ai dit par le passé et je le répète, si le CLP estime que ce gouvernement a échoué, il doit le faire chuter", a-t-il ajouté. Un autre député, Rafic Al-Natché a pour sa part fait état d'un sentiment d'"insatisfaction" parmi ses collègues à la suite de l'exposé de Qoreï. "Je ne comprends pas pourquoi cette séance a eu lieu à huis clos. Je m'attendais à entendre un rapport détaillé sur la situation sécuritaire mais cela n'a pas eu lieu", a-t-il dit. "Les députés ont été déçus par le rapport de Qoreï. Nous nous attendions à un rapport complet sur les mesures prises par le gouvernement pour remédier à la situation sécuritaire mais cela n'a pas été le cas", a renchéri le député Hassan Khreisheh, vice-président de la Chambre. Cette audition a été réclamée par plus de quarante députés sur les 83 que compte le CLP, à l'initiative d'anciens ministres insatisfaits de l'action du cabinet Qoreï. Signe de l'importance de la session, les députés de la bande de Gaza, qui assistent d'habitude aux réunions par vidéo-conférence, on fait le déplacement à Ramallah à la demande du président du CLP Rawhi Fattouh. Le CLP avait voté l'investiture au cabinet de Qoreï, le premier de l'après Yasser Arafat, après l'avoir contraint à lui soumettre une équipe composée largement de technocrates et censée être capable d'appliquer des réformes. En dépit des promesses répétées de Qoreï et du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, la pagaille sécuritaire persiste dans les territoires palestiniens où individus et groupes armés, profitant du déclin des services de sécurité depuis le début de l'Intifadha en septembre 2000, sévissent en toute impunité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com