Les jeunes sont-ils misogynes?





Pour l’égalité entre les deux sexes, mais... La femme tunisienne a réussi à s’affranchir de l’autorité et de la mainmise masculine totale depuis des décennies. Défiant toutes les croyances misogynes, elle a réussi à prouver qu’elle peut être égale à l’homme et qu’elle n’est la “propriété privée” de personne. Cela dit, selon certains dires, nombre de femmes ont placé la barre un peu trop haut au nom de la liberté. Aux yeux d’une tranche masculine “rétrograde” ou encore conservatrice, elles dépassent les bornes ! Qu’en pensent les jeunes? Sont-ils misogynes? Tunis - Le Quotidien Certains comportements féminins sont encore rejetés par la société: attitude trop libérale, allure ostentatoire et concubinage etc... Les jeunes hommes ayant une mentalité beaucoup plus ouverte et moderne que les hommes d’un certain âge, ne seraient pas, a priori, vraiment contre ce mode de vie féminin. Est-ce vrai ? Slim, 16 ans, le tout jeune homme n’est pas du tout misogyne. Il croit totalement à l’égalité entre l’homme et la femme. “Certes, nous assistons à une sorte de “clonage”. Toutes les filles sont quasiment identiques et, en outre, elles ressemblent beaucoup aux Européennes. Mais je ne vois pas que c’est un grand problème. C’est la mode et c’est normal à mon sens. Les mentalités ont changé. Je suis pour la liberté totale de la femme. Elle a pu s’imposer et prouver qu’elle est capable d’occuper les plus grands postes. Quant à l’allure, je crois que cela rentre dans le cadre de la liberté individuelle. Si elles se sentent bien dans leur peau en mettant des habits légers, elles sont libres ! C’est aux hommes d’arrêter de regarder le corps d’une femme comme un tabou!” dit-il. Slim croit parfaitement qu’une femme a le droit de s’habiller comme bon lui semble, du moment qu’elle assume et qu’elle est convaincue. Fahmi, 16 ans, est tiraillé entre deux extrêmes. Il ne peut pas admettre qu’il soit misogyne, mais il reste tout de même à cheval sur certains points. “D’abord, je suis pour l’égalité entre homme et femme et je pense que les femmes sont à 100% capables de gérer leur vie sans tutelle, mais je n’irai pas jusqu’à la liberté totale. La nature humaine fait que c’est l’homme qui doit gérer tout. Non pas parce que la femme n’est pas capable et non pas par sexisme, mais c’est la loi de la nature et de notre religion. Je ne suis pas contre la liberté féminine, ni contre le fait qu’elle s’habille comme elle veut, mais il y a une limite à tout. Certaines ne s’arrêtent pas là où il le faut, elles ne croient plus aux mœurs et elles se complaisent à imiter les défauts des hommes. Certaines collectionnent les conquêtes amoureuses, passent la nuit dehors, veulent vivre toutes seules... Cela est mauvais ! D’ailleurs, c’est aussi mauvais pour les hommes”, dit-il. Adel, 19 ans, candidat au bac, pense que le progrès du statut de la femme est révélateur du progrès du pays. “Je ne suis pas du tout misogyne. Nul ne peut prétendre à une quelconque différence entre homme et femme. Je crois à l’égalité totale entre les deux sexes. D’ailleurs, si mon éventuelle épouse devrait travailler, je n’aurais aucun problème à partager avec elle les tâches ménagères. La relation entre les deux sexes est à fifty-fifty. Je ne crois pas que les hommes sont d’une race suprême, d’ailleurs ce n’est pas vrai. Certaines femmes ont prouvé leurs très grandes compétences”, dit-il. Mohamed, 19 ans, candidat au bac, n’est pas misogyne non plus. Le jeune homme croit à l’égalité totale entre les deux sexes. Toutefois, il trouve qu’il y a une certaine exagération. “Je suis pour l’égalité et je ne méprise aucunement les femmes. Je pense qu’elles sont dignes de respect et méritent leur liberté. Mais je pense que chacun des deux a un rôle bien déterminé. Parfois, j’ai l’impression que nous sommes en passe de privilégier la femme aux dépens de l’homme. Ce que je ne tolère pas, c’est de fouler aux pieds les valeurs. La liberté ne doit jamais dépasser certaines limites et devenir un alibi pour bafouer les vertus. Si je suis pour l’égalité, c’est que je suis pour une liberté bien dosée aussi bien pour les hommes que pour les femmes”, dit-il. Décidément, tous nos interlocuteurs semblent des... “pro-féministes”. Toutefois, nombre de femmes sont jugées un peu trop libérales. Le retour en arrière est difficile. La société tunisienne est grosso-modo pour l’émancipation et les droits de la femme. C’est à ces dernières de se montrer dignes et de bien... “doser” leur liberté. Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com