Festival de Boukornine : Un programme alléchant en perspective





Kaïs Ben M’rad était bref et concis dans le “soliloque” qu’il a donné hier autour de la programmation de la 26ème session du festival de Boukornine. Il faut dire, par ailleurs que notre confrère et directeur du festival, avait de quoi s’enorgueillir pour avoir fait d’un festival déficitaire de 120 mille dinars, il y a 4 ans, un autre qui l’est nettement moins. C’est, en fait, grâce à une politique de partenariat que le festival commence à alléger ses dettes. Kaïs Ben M'rad a levé le rideau sur le budget de cette année où 50% des revenus proviennent de la publicité, 30 mille dinars de la municipalité, sans oublier l’appui du ministère de tutelle qui programme des spectacles subventionnés et leur confère quelques 4 000 ou 8 000 dinars sous forme de don. Mais notre interlocuteur a évoqué aussi la question du privé qui lésine à apporter sa contribution, ou peut-être bien tarde à le faire. “On n’a pas attendu qu’on nous donne de l’argent pour faire notre affiche et les dépliants du programme”, dit Kaïs Ben M'rad. Les difficultés existent, en fait. C’est presque valable pour toutes les manifestations qui se tiennent un peu partout dans le monde. Sauf qu’on s’en tient à la même litanie. Même au niveau des questions posées on se retrouve avec les mêmes visages, qui offrent un visage hostile face à certains noms de la culture programmés cette année. N’empêche, somme toute, le programme se fait complet et consistant par rapport à d’autres “grands” festivals tunisiens ayant pris l’étiquette internationale. Pour la musique qui occupe quelque 38% de la programmation on aura à voir sur scène entre autres des stars arabes: Marwane Khouri, Héni Chaker et Amina Fakhet, qui revient à la scène du Boukornine. Le festival renoue comme il est de coutume avec les jeunes artistes qui se produiront le 18 août. Ils sont, en fait, les lauréats de l’émission “Hkayet Gharam”, (Une question de hobby) qui passe à longueur d’année sur Canal 21. Le festival profite de ce partenariat avec Canal 21, Mosaïque FM et Hannibal TV pour amoindrir le coût de ses dépenses. Pour ce qui est du théâtre on verra se produire sur scène les meilleures pièces de l’année culturelle 2004/2005: Le “Maréchal” de la troupe du TVT et les dernières créations des artistes tunisiens Raouf Ben Yaghlène, Abdelkader Mokdad, Ezzeddine Gannoun et Lamine Nahdi. Le festival qui continue bon gré bon gré son bonhomme de chemin, de se faire une réputation et non des moindres dans le paysage artistique tunisien. Notamment avec un prix d’entrée qui défie toute concurrence, allant cette année de 1 à 7d500. Mona BEN GAMRA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com