Après Zamalek – E.S.S. : Contentement et frustration





Lorsque l’E.S.S ouvrit la marque à la 89’, tout un chacun croyait que le leadership à l’issue de la deuxième journée serait l’apanage des Etoilés. Somme toute, la parité décrochée de haute lutte sur terre cairote s’apparente irrécusablement à une affaire en or. Si l’on se réfère à l’ensemble du match, le point moissonné à l’extérieur est assez heureux, dans la mesure où les Zamalkaouis auraient pu, à plusieurs reprises, forcer la décision. En effet, les Egyptiens se sont créé plusieurs opportunités, mais soit le ratage des attaquants, soit l’opposition relevée du gardien étoilé Austin ont réduit à néant les velléités locales. Il est certain aussi que la bonne organisation défensive des Tunisiens, qui ont le plus clair du temps, opté pour un pressing haut, a considérablement gêné les Abd El Ila et consorts. Les Sahéliens ne se sont pas contentés de défendre. Ils ont, en effet, bien cristallisé le redéploiement offensif grâce à une remontée rapide du ballon. Un peu de chance, beaucoup de discipline tactique et à la clé, un nul mérité. Si l’on s’en tient maintenant à l’arbitrage, on ne peut que crier haro sur la prestation du trio sud-africain. En effet, les assistants avaient la gâchette facile, en levant à tout bout de champ leurs drapeaux, surtout en première période, lorsque deux joueurs étoilés, en position régulière, s’apprêtaient à se présenter seuls devant Abdelwahed Essayed, mais leur course fut injustement avortée. Par ailleurs, le but égalisateur des Egyptiens était précédé d’un hors-jeu net et criant. A retenir donc les 10 dernières minutes, ainsi que le temps additionnel, le sentiment de frustration domine outrageusement, d’autant plus que le but des Zamalkaouis a été marqué à la 95’, alors que l’arbitre a, préalablement, ajouté 4’, pas entièrement justifiées. Globalement donc, le nul est bon à prendre, à la lumière de la physionomie générale du match. Concernant les enseignements du match, il y a plusieurs motifs de satisfaction, au premier rang desquels, l’application collective et la bonne tenue de quelques individualités; notamment Jedidi, qui semble cette saison farouchement déterminé à donner une image plus en rapport avec ses réelles potentialités. Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com