Gardiens etrangers : Un spécimen à protéger





A bien y réfléchir, il n’est pas étonnant qu’il y ait eu tant de boucan au dernier conseil fédéral de Monastir lors de la discussion de la règle, finalement adoptée, interdisant désormais aux clubs de recruter ou de renouveler les contrats des gardiens de but étrangers. Pourtant cette interdiction ne touche que quatre clubs possédant des portiers non Tunisiens: l’Espérance Sportive de Tunis (l’Ivoirien Jean-Jacques Tizié), l’Etoile Sportive du Sahel (Austin Ejide), l’Union Sportive Monastirienne (Anailton) et l’Avenir Sportif de Gabès. Soit, une petite goutte dans un océan, même s’il s’agit, entre autres, des deux clubs les plus performants et les plus représentatifs du foot national. Seulement, connaissant la spécificité du poste et la difficulté de la formation à cette fonction, il fallait coûte que coûte assumer sans défaillance la grandeur de cette mesure (dans l’intérêt de l’équipe nationale où la relève tarde à percer, le quadragénaire Ali Boumnijel continuant à tenir tant bien que mal la baraque) et ses faiblesses (notamment juridiques puisqu'elle interdit à un joueur d’exercer dans un championnat professionnel, établissant une arbitraire discrimination tenant au poste occupé). Il y a donc une fonction protégée, telle une denrée rare et il existe en parallèle le risque de voir l’initiative du quatuor E.S.T - E.S.S - U.S.M.O - A.S.G faire tâche d’huile et du coup, bien d’autres clubs s’en remettre sans vergogne à cette solution de facilité. Il y eut dans l’histoire des conseils fédéraux des expériences parfois hasardeuses. Mais en s’emparant du délicat dossier des keepers, de ces numéros un qui établissement, avec Attouga d’abord, El Ouaer ensuite, soit les deux meilleurs joueurs africains à leur poste, la réputation du football tunisien, le C.F de vendredi dernier, émanation du pouvoir et des désirs et souhaits des clubs d’élite, souligne la fragilité de la formation dans le secteur des derniers remparts, de ces gardiens du temple dont nul ne sait si la relève sera prête à temps en équipe nationale. Et cette relève tant attendue a aujourd’hui pour noms —tenez-vous bien— outre le Marsois Khalloufi, le Sang et Or Kasraoui et l’Etoilé Mathlouthi. C’est-à-dire les deux remplaçants dans leur club des deux gardiens étrangers que compte la Nationale “A”!… S.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com