Opposants au retrait de Gaza : Israël durcit le ton





Le Quotidien - Agences Les autorités israéliennes ont décidé d’empêcher lundi prochain l’entrée dans la Bande de Gaza d’une manifestation de masse organisée par le lobby des colons, dans une tentative d’empêcher un retrait. “Les manifestants ne pourront pas entrer lundi dans la Bande de Gaza. S’ils essaient de passer, nous les en empêcherons, et le gouvernement agira avec toute la rigueur de la loi”, a déclaré un haut responsable de la présidence du Conseil qui a requis l’anonymat. Selon la radio militaire israélienne, l’armée pourrait prochainement décréter les colonies de la Bande de Gaza “zone militaire fermée” pour empêcher la venue de groupes d’extrémistes de droite. “Il est hors de question de permettre à des dizaines de manifestants de s’installer dans les implantations pour tenter d’en empêcher l’évacuation”, a déclaré pour sa part, le vice-ministre de la Défense Zeev Boïm. L’armée israélienne avait déjà décrété le 30 juin durant vingt-quatre heures les colonies de la Bande de Gaza zone militaire fermée. Durant cette période, seuls les habitants des colonies de la Bande de Gaza, les travailleurs employés dans des secteurs vitaux et les journalistes avaient été autorisés à y entrer. Le Conseil des implantations juives (Vesha), la principale Organisation représentant les colons, a appelé à une marche de protestation, lundi 18 juillet, de la frontière israélienne jusqu’au bloc de colonies du Goush Katif, dans le sud de la Bande de Gaza. Dans une communiqué publié la semaine dernière, le Vesha avait dit espérer mobiliser jusqu’à 48.000 sympathisants, soit le nombre de soldats et policiers prévu pour réaliser l’opération d’évacuation, ce qu’il était parvenu à faire dans le passé. La manifestation a pour slogan : “Soutien à nos frères héroïques”, en référence aux colons devant être évacués. Aux termes du plan de désengagement, dont l’exécution doit commencer mi-août, l’armée israélienne doit se retirer de la Bande de Gaza après en avoir évacué les quelque 8.000 colons israéliens qui y sont installés ainsi que 400 autres dans quatre colonies isolées du nord de la Cisjordanie. Le Chef d’état-major, le général Dan Haloutz, a averti hier que l’armée ne tolérerait aucun acte de désobéissance venant de militaires chargés d’évacuer des colons, dans un ordre du jour aux troupes. “La Knesset (parlement) et le gouvernement ont décidé d’un plan de désengagement. Ce plan soulève un débat et porte sur des questions sensibles, mais cela ne change rien au fait que nous avons l’obligation de le réaliser” écrit le général.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com