Jean Jacques Tizié : «La concurrence est source de motivation et de progression»





La sortie époustouflante du gardien ivoirien de l’Espérance Jean Jacques Tizié face à l’ASEC samedi dernier qui a coïncidé avec la décision du Bureau fédéral d’interdire dorénavant le recrutement de gardiens étrangers n’a laissé personne indifférent et a poussé chacun à s’interroger sur ce choix et son influence sur le jeune gardien tunisien Hamdi Kasraoui. Le Quotidien est allé voir Tizié et s’est entretenu avec lui à ce propos. Interview. • D’aucuns s’interrogent aujourd’hui sur l’apport d’un gardien étranger de votre calibre sur le jeune Hamdi Kasraoui. Quelle serait votre réponse? Il faut avouer qu’à l’Espérance, le travail est collectif, à l’entraînement on s’entraide, on communique bien. Moi aussi, je tire profit de l’existence d’un jeune gardien ambitieux tel que Kasraoui. Pour répondre à la question, je dirai que je lui apporte l’expérience et je lui inculque surtout l’humilité qui demeure selon moi la qualité première d’un grand gardien. • Comment Kasraoui peut-il progresser s’il garde le banc des remplaçants? Mais justement c’est sur le banc qu’il peut apprendre. On est tous passés par là. Sur le banc, il y a moins de pression. Il peut observer le gardien titulaire. C’est important. Il se nourrit des qualités des gens d’expérience et le jour où il est appelé à jouer, il aura gagné beaucoup de temps. D’ailleurs, Kasraoui a beaucoup joué ces derniers mois et ne fait que progresser. • On dit souvent qu’un gardien ne peut être hautement compétitif qu’à partir de 28 ou 29 ans. Etes-vous de cet avis? Le poste de gardien est très délicat. Avec l’âge on mûrit, on devient plus lucide, plus posé. Mais je le répète l’humilité nous permet d’apprendre et de progresser car en football le travail est quotidien, même à quarante ans. • Certains pensent aussi que le recours aux gardiens étrangers de valeur peut bloquer les jeunes gardiens tunisiens et cela se répercute sur l’équipe nationale. Qu’en pensez-vous? Je ne partage pas cet avis. Je crois que le problème est ailleurs. Tout est question de formation de base. Si on accorde assez d’attention aux jeunes gardiens, ils finissent par s’imposer. Ces jeunes ont aussi besoin de guides, de modèles, côtoyer de grands keepers ne peut être que bénéfique. J’ai vécu cette expérience et j’en sais quelque chose. D’ailleurs je suis convaincu que Kasraoui sera un grand gardien et plus tôt que vous ne le pensez. Il a déjà fait ses preuves avec son club et en sélection. Il a aussi encore beaucoup à apprendre. Qu’il garde cette humilité et ce désir d’apprendre et il ira loin. • L’ancien président de l’Espérance vient de déclarer qu’il avait l’intention de faire de vous à la fin de votre carrière un formateur de gardiens au Parc B. Un commentaire. Il me rend là un grand hommage mais pour l’instant je suis encore en activité et l’après retraite, j’y penserai plus tard même si cette idée est très intéressante. Propos recueillis par Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com