«Night in Tunisiana»: Lucky Peterson: un Ré-gal





Emouvant, fantastique, exaltant, tels sont, quelques-uns des superlatifs élogieux, avec lesquels on peut qualifier la soirée d’ouverture de “Night in Tunisiana”, animée avant-hier soir par Lucky Peterson, à la Marina de Hammamet-Sud. L’enfant prodige du blues a enchanté et fait vibrer le public, moyennant nombreux. Pour cette soirée inaugurale de “Night in Tunisiana”, Lucky Peterson a démontré qu’il savait faire vibrer le public. Tout au long du concert, les fans du blues, toutes catégories confondues n’ont pas cessé de danser, à la faveur d’une brillante prestation de l’artiste. Bien que l’espace du quai de la Marina de Hammamet-Sud, soigneusement aménagé pour accueillir cette grandiose manifestation de blues, n’ait pas fait le plein, la soirée a tenu toutes ses promesses. L’ambiance était à son comble du début à la fin. La soirée qui a démarré aux environs de 22h00 a été un véritable régal. Accueilli par une forte acclamation sur un stand soigneusement dressé en mer, le prince du blues, aussitôt arrivé, entre dans le vif du sujet, par des rythmes caverneux de blues mixés avec des improvisations de guitare sèche. Un début de prestation qui n’a pas laissé le public indifférent et qui s’est dispersé sur tout l’espace du quai de la Marina, dansant, sautillant, créant ainsi une ambiance carnavalesque. Mais ce n’est pas tout. Le “Mozart aux 12 mesures”, autre surnom de Lucky Peterson, a enchaîné les différents morceaux, changeant à chaque fois de médium guttural et de rythmes de percussion. Ce mixage inédit, entre rythmes et façon de jouer à la guitare, a donné lieu à un genre de blues inspiré tantôt du hard-rock, tantôt du jazz rythmé et du Soûl classique. Cette façon de procéder a donné au style de blues de Lucky Peterson un élan et une consonance particulière, qui a enchanté et fait vibrer à chaque fois le public. * Un safari rythmé Comme à l’accoutumée, Lucky Peterson n’a pas voulu se limiter uniquement à l’ambiance sur scène. Célèbre pour ses mimiques surprenantes et la “bougeotte” lors de ses spectacles, “le prince du blues” a sillonné les allées séparant les différentes rangées du public, chantant, jouant à la guitare et incitant le public à danser avec lui. Mais ce n’est pas la seule particularité de Lucky Peterson. En véritable phénomène de spectacle, Lucky, grâce à sa voix puissante, a su, en compagnie de ses cinq musiciens chevronnés, visiter d’autres rythmes musicaux, comme le “Funk” et le “Raga”. Il a composé des morceaux tirés de ses anciens albums, comme “Ridin” ou “Lucky Strikes”, et ceux de ses dernières productions. Multi instrumentiste surdoué, “Le Mozart aux 12 mesures” a démontré également durant son concert, qu’il était polyvalent. Il a chanté, joué de la guitare et au clavier, mais aussi à la batterie et à la trompette montrant ainsi qu’il avait un talent hors-pair. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Lucky a brillé et a permis à “Night in Tunisiana”, de démarrer du bon pied. Parrainée par la Fédération Régionale de l’hôtellerie, “Tunisiana” et “Scoop organisation”, cette première édition vient inaugurer une nouvelle manifestation dédiée entièrement au blues. De quoi aiguiser la soif de nombreux fans de ce genre musical. Bon pour une manifestation qui vient de commencer et qui promet... Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com