Vingt-huitième édition du Festival d’Ezzahra : Une session d’hommage et d’authenticité





Deux ouvertures caractérisent le programme de la vingt-huitième session du festival d’Ezzahra pour cette saison estivale 2005. La première ouverture est celle du festival à proprement parler, organisé depuis une trentaine d’années environ dans l’amphithéâtre de la Maison de culture de cette ville de la banlieue-sud. Elle sera assurée par le duo Sonia Mbarek et Lotfi Bouchnak. La deuxième concerne le café culturel “Mohamed Ben Ali”, en hommage à cette ancienne tête d’affiche de la télévision tunisienne. C’est l’essentiel du contenu de la conférence de presse qui a réuni hier un parterre d’hommes de médias avec les responsables culturels de cette coquette ville banlieusarde, et à leur tête notre confrère Khaled Ben Seghir, directeur du Festival d’Ezzahra depuis un septennat. Ce dernier n’a pas dissimulé sa fierté, annonçant que la tradition du café culturel s’est généralisée dans d’autres coins de la carte festivalière. “L’exploitation de l’espace Abdelliya pour l’actuelle saison estivale comme relais du Festival international de Carthage, faite par la nouvelle Direction de ce festival notoire n’est qu’un exemple saillant”, précise-t-il. Et si Khaled Ben Seghir n’a pas été complaisant avec son homologue à la tête de Carthage de cette surenchère des artistes étrangers dans l’espace culturel “d’El Abdelliya”, il a annoncé ses “préférences pour des têtes d’affiches locales”. C’est ce qu’il traduit d’ailleurs dans la programmation du café culturel. Après une ouverture avec une voix qui promet, Noureddine Ben Aïcha, le public pourra se délecter de la prestation de la troupe Errachidia, en commémoration de la soixante-dixième année de sa fondation (20 juillet). Il y aura également “Parfum d’Orient et d’Occident” avec l’artiste Nebil Khémir (25 juillet), “Nostalgie”, une soirée spéciale des Tunisiens résidant à l’étranger célébrée par les chanteurs: Ahmed Hamza, Choubeïla Rached, Mohamed Ahmed, Soulef, Zouheïra Salem et Naâma comme invitée d’honneur... En plus de ces soirées de chant et de tarab, la poésie aura sa place d’honneur avec une belle soirée extraite de “Diwan El Arab”. Notre consœur, la poétesse distinguée Amel Moussa, lira devant un public attentif quelques beaux extraits de son dernier recueil. Accompagnée par le luthiste Ahmed Kalaï, cette soirée rendra hommage au défunt Ridha Kalaï. Côté 4ème Art, plusieurs pièces de théâtre sont prévues au programme de cette session à savoir “El Motachaâbitoun” du Théâtre national (26 juillet) et “Akher Kaâba” texte de Lotfi Ben Sassi, réalisation Anouar Ayachi et interprétation de Dorsaf Mamlouk. Mondher CHRAIET


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com