Femmes fonctionnaires au travail : Sociologues et cadres diagnostiquent le phénomène





Sociologues, cadres et responsables administratifs s’étaient réunis hier à l’occasion d’un colloque pour analyser les problèmes rencontrés par les femmes fonctionnaires et proposer les solutions qui s’imposent. Tunis - Le Quotidien “Contrairement aux idées communément admises, le vécu de la femme fonctionnaire n’est pas exempt d’embûches et de difficultés. La femme paie parfois cher sa spécificité en tant que fonctionnaire. Cela se répercute sur sa promotion et sur sa réputation”. Ce sont quelques éléments d’un constat dressé hier par M. Slaheddine Ben Frej, sociologue et enseignant à la faculté des Lettres et des sciences humaines dans le cadre d’un séminaire autour du thème “La femme fonctionnaire face à la vie professionnelle”. Après avoir analysé les enjeux et les défis auxquels la femme doit faire face, le sociologue a affirmé que le chemin à parcourir reste long. Le conférencier a mis en garde sur le risque de voir les acquis des 50 dernières années se perdre en raison d’éventuelles forces rétrogrades. M. Slaheddine Ben Frej a noté que la femme est sujette à des accusations sans fondement en raison de ce qu’on qualifié d’absentéisme qui la prive de prérogatives réglementaires. * Relever les défis La femme a un rôle social à jouer en tant que mère de famille. Les congés dont elle bénéfice en tant que femme ne doivent pas être perçus en tant que cadeaux. Le conférencier a affirmé que les femmes cadres, d’après les études réalisées, rencontrent des problèmes énormes dans leurs foyers, notamment avec leurs conjoints. Ces derniers ont parfois du mal à accepter la position sociale de leurs femmes et ne manquent pas de les apostropher à leur retour à la maison: “Vous n’êtes plus au bureau” ou “je ne suis pas ton agent”. Mme Hend Rahali, présidente de “l’Alliance des femmes fonctionnaires” a affirmé que la femme est sujette à une incompréhension et qu’on doit tout mettre en œuvre pour dissiper le malentendu à travers des campagnes d’information et de vulgarisation. Mme Halima Aloulou, directrice de la formation et des études au Centre IFEDA estime, de son côté, qu’il faut réfléchir sur les conditions de la femme fonctionnaire pour améliorer sa situation. Elle indique que l’esprit de maternité et de paternité doivent être pris en charge par le couple. Mme Wafa Ziadi, conseillère juridique, pense que la législation et les mentalités doivent évoluer de pair. “Il faut maintenir un certain équilibre entre les deux aspects”, insiste-t-elle. Mme Arbia Mejri, ingénieur et sous-directrice au ministère de l’Energie, résume les différentes approches en affirmant tout simplement que l’homme et la femme doivent relever ensembles les défis en mettant la main dans la main. Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com