Solomon Burke à Carthage : La chaleur des rythmes afro-américains





Solomon Burke a fortement marqué le monde des blues et du «rock n’soul» des années 60. Son concert de dimanche dernier n’est pas passé inaperçu. L’artiste afro-américain a embarqué les présents dans la chaleur des rythmes du soul, du rock, du gospel, du blues et d’autres genres musicaux afro-américains. Bien que Solomon ait pris du poids ces dernières années, à telle enseigne qu’il trouve des difficultés à se produire débout, il n’a ménagé aucun effort pour enthousiasmer et conquérir le public du théâtre romain de Carthage venu nombreux assister à son concert. La voix d’une extrême sensibilité lui permet de se mouvoir entre le gospel, le contry soul, le blues et le rock. Il l’a démontré dimanche lors de son concert qui a duré 1h45 minutes. Assis sur une banquette dorée et habillé en costume étincelant Solomon Burke s’est produit en compagnie de 13 musiciens chevronnés dont le phénoménal guitariste Frakas Brett, le saxophoniste Joseph Kalet et le trompettiste Carl Wayne Vickers. L’artiste afro-américain qui n’a pratiquement pas observé de pause tout au long de son concert, a visité nombre de ses compositions de gospel tirées de son deuxième album «Dont give up on me». Fidèles à leur style d’animation, les musiciens de l’artiste afro-américain sont descendus de la scène, parcourant la terrasse de l’amphithéâtre, chantant, jouant de leur instrument et incitant le public à danser. Agé aujourd’hui de soixante-six ans, Solomon Burke qui avait pourtant arrêté sa carrière de chanteur pendant des années avant d’effectuer un retour remarqué, n’a rien perdu de son talent. Il garde toute la chaleur de sa voix. Il visite dans ses concerts tous les genres afro-américains, en les mixant avec les multiples styles musicaux du blues. Son spectacle de dimanche à répondu à toutes les attentes et drainé un public de nostalgique du blues, composé jeunes et moins jeunes. O.W.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com