Nabiha Karaouli à Carthage : Un spectacle tonitruant





Depuis un certain temps, elle est devenue omniprésente dans nos manifestations culturelles. Nabiha Karaouli qui s’est produite, avant-hier soir sur la scène du prestigieux amphithéâtre de Carthage n’a pas déçu le public venu d’ailleurs très nombreux. Depuis 1998 et avec son album à succès: “Wach”, Nabiha Karaouli s’est maintenue sur l’échiquier musical national et a continué à s’imposer comme l’une des grandes dames de la chanson du terroir. L’enfant-prodige de Gafsa et de la chanson tunisienne s’est produite mercredi à Carthage avec tout le talent qu’on connaît d’elle. Elle était au sommet de son art et a reproduit ses meilleures compositions. Habillée en robe jaune dorée et étincelante, mariée à un pagne rose et brillant, Nabiha est montée sur scène en chantant sa patrie: “La Tunisie”. Ensuite, elle a enchaînée avec “Wach”. Un de ses meilleurs succès. Cette chanson a aussitôt mis le public sur son pied de danse. Nabiha qui s’est produite en compagnie d’une troupe d’une trentaine de musiciens, dont sept vocalistes, cinq percussionnistes et 14 violonistes a, par la suite, embarqué l’assistance, dans la chaleur des rythmes débordants et des sons des chants bédouins du désert. Sincère dans sa façon d’interpréter, émotive, mais aussi et surtout imprégnée d’une certaine authenticité, Nabiha a usé de toute sa voix mélodieuse et chaude pour interpréter ses chants. Sa prestation n’a pas laissé le public indifférent, puisqu’elle a embarqué une assistance enchantée dans la Tunisie profonde des chants nostalgiques, exaltants et grisants. * Viens que je te dise! Lors de sa prestation, Nabiha Karaouli s’est produite en véritable gardienne du patrimoine chansonnier traditionnel. Elle a présenté un arrangement musical, tout à fait nouveau, qui n'ôte pas aux chants traditionnels, leur charme et leur finesse. La fille de Gafsa a été tout au long de la soirée toujours fidèle aux chansons des années 20 et 30 qu’elle a interprétées, au début de sa carrière et qui ont contribué à son succès. Fine danseuse, soucieuse de la perfection de son spectacle, Nabiha a reproduit ses chants dans toute leur contextualité mélodieuse. Elle a ainsi visité ses morceaux les plus connus du public comme “Maâchouga”, “Hez Ayounek”, “Choftek Marra”, “Ya Saâd” entre autres. Tantôt, elle a dansé et marché à pas lents au bord de la scène, tantôt elle a évolué à pas mesurés rappelant des soirées de la “Jahfa” en milieu bédouin. Mais ce n’était pas là, la seule particularité de la soirée de Nabiha Karaouli. Affective et surtout reconnaissante, elle a dédié une de ses compositions à sa mère avant de chanter un autre morceau du genre “slow”. Pour mettre le public au parfum de ses nouvelles compositions, elle a chanté “Yamma”, une de ses nouvelles chansons. Mais pour finir sa soirée comme elle l’a commencée en beauté, Nabiha a interprété, en dernier lieu, l’un de ses plus célèbres morceaux “Ija nkollek” (Viens que je te dise). Un morceau qui a aussi fait virevolter le public. Le moins qu’on puisse dire est que Nabiha Karaouli a signé une prestation tonitruante, au grand bonheur du public. Son arrangement musical, tout à fait nouveau, mixé avec une scénographie conçue par Mohamed Driss, ont contribué de façon indéniable à la réussite technique et au succès de son spectacle. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com