Festival de Béja : Sous le signe de l’authenticité





A Béja où le malouf de Testour coule de source, la programmation du festival se fait sous le signe de la belle musique. La session 2005 a pour but de familiariser le public avec l’art authentique mais aussi d’en drainer d’autres avides de nouveautés. Jusqu’au 10 août le festival de Béja donne à voir une programmation variée. C’est-à-dire qui répond quasiment à tous les goûts. Parmi les moments forts de cette manifestation, on cite le colloque scientifique du 22 juillet autour du Malouf qui conviera des spécialistes à un débat sur la question : Fethi Zghonda, Khaled Slama, Rachid Sallami, Hamadi Mongi Garouachi. Le festival invitera également des artistes étrangers de la Jordanie et d’Algérie dans le cadre de son ouverture sur le monde arabe. Hakim Salhi et Abdallah Mannaï de l’Algérie et la troupe «Karak» des arts populaires de la Jordanie. On aura à voir aussi une brochette de bonnes œuvres ayant fait l’actualité culturelle cette année comme la pièce du «Maréchal» et «Le coq qu’on déplume» de Nahdi, etc. Toutes les catégories d’âge auront de quoi meubler leurs journées d’été. L’animation de rue couvrira les artères de la ville sans oublier les jeunes artistes qui, à Béja, trouvent leur place dans la programmation tels que la troupe jeune de la musique de Monastir et la troupe Sanatel des arts populaires de Siliana. M.B.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com