Rice à Ramallah : «Israël ne doit pas boucler la Bande de Gaza après son retrait»





La secrétaire d’Etat américaine Condoleeza Rice a entamé hier ses rencontres avec les dirigeants palestiniens pour s’assurer que le retrait israélien de la Bande de Gaza ne soit pas compromis notamment par un bouclage des Territoires. Le Quotidien - Agences Israël ne doit pas boucler la bande de Gaza après son retrait de ce territoire prévu à la mi-août, a déclaré hier à Ramallah la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice à l'issue de ses entretiens avec le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas. "Quand les Israéliens se retireront de Gaza, ce territoire ne devra pas être bouclé ni isolé, laissant les Palestiniens enfermés après le retrait", a déclaré Mme Rice lors d'une conférence conjointe avec Abbas. Les Palestiniens ont récemment exprimé la crainte que la bande de Gaza ne devienne pour eux une "prison géante" à moins d'obtenir l'assurance d'un "libre passage" de ce territoire vers la Cisjordanie, un nouveau port à Gaza et la réouverture de l'aéroport. Evoquant les craintes palestiniennes que le retrait de Gaza pourrait tourner au désastre si des réponses n'étaient pas apportées à plusieurs questions clés, la secrétaire d'Etat a renouvelé son appel pour une meilleure coordination entre les deux parties. "Les deux parties sont d'accord sur la nécessité de coordonner leurs efforts en vue du retrait. Des rencontres se tiennent à cet effet entre elles, y compris au niveau ministériel", a déclaré Mme Rice. "Elles doivent partager entre elles plus d'informations et nous les encourageons à le faire", a-t-elle poursuivi. A l'issue des entretiens de Mme Rice avec les dirigeants palestiniens, une porte-parole de l'Autorité palestinienne a déclaré qu'Israël continuerait de contrôler "économiquement et militairement" la bande de Gaza après son retrait si une percée ne devait pas se faire sur des questions telles que le libre passage et le devenir du couloir qu'Israël contrôle à la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza, dans le secteur de Rafah. Israël envisage de transférer à l'Egypte le contrôle de ce couloir qui traverse la localité palestinienne de Rafah, à cheval sur la frontière égyptienne. "S'il n'y a pas de changement sur le terrain ou dans les mentalités, la situation dans la bande de Gaza tournera sûrement au désastre", a ajouté la porte-parole. * Satisfaction Rice qui a eu la veille un entretien avec le Premier ministre israélien Ariel Sharon centré sur le désengagement historique des troupes et des colons israéliens de la bande de Gaza prévu dans quatre semaines a eu un premier entretien avec le Premier ministre palestinien Ahmad Qoreï. Ce dernier s'est borné à dire qu'il s'agissait d'une "belle" rencontre. "Elle nous a dit que nous devions collecter les armes des groupes armés et que l'Autorité palestinienne devait garantir que le retrait de Gaza ne se déroule pas sous le feu" a indiqué le ministre du logement, Mohammad Shtayyeh, qui a assisté à la rencontre. Rice a également rencontré le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas. Il s'agit de sa deuxième visite en un mois dans la région qui a connu un brusque regain de violences au cours duquel 18 Palestiniens et 6 Israéliens ont été tués en neuf jours. Lors de sa rencontre vendredi avec Rice, Sharon "a souligné la nécessité de faire pression sur les Palestiniens pour stopper le terrorisme et faire en sorte que le désengagement ne se déroule pas sous le feu", a indiqué le bureau de Sharon dans un communiqué. Jeudi, le chef de la diplomatie israélienne Sylvan Shalom, lors d'un entretien avec Mme Rice, s'était félicité de l'action de Abbas ces derniers jours pour contenir les militants islamistes du Hamas et du Jihad islamique impliqués dans les récentes violences. Il avait souligné toutefois que cette action "ne devait pas se limiter à une réponse temporaire à des attaques spécifiques mais consister en une politique et stratégie active afin que nos efforts de paix puissent avoir une chance de succès". Un haut responsable du département d'Etat américain s'est également dit "modérément encouragé" par les récentes mesures des dirigeants palestiniens envers les islamistes du Hamas concernant l'arrêt des tirs de roquettes en direction d'Israël. "Je ne veux pas en réduire l'importance mais nous constatons des signes de plus de coopération", a indiqué ce responsable qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat. Le vice-Premier ministre palestinien Nabil Chaath a indiqué par ailleurs que les Palestiniens comptaient demander à Rice de faire pression sur Israël afin que l'évacuation de Gaza soit suivie d'autres retraits en Cisjordanie.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com