Attentats en Egypte : La police établit un lien avec les attaques de Taba





Les services de sécurité égyptiens ont établi des liens entre les attentats de Charm El-Cheikh du week-end dernier et une autre attaque meurtrière à Taba, autre station balnéaire du Sinaï, en octobre 2004. Le Quotidien-Agences "Les experts du laboratoire criminel ont affirmé que les explosifs utilisés dans les attaques de Charm El-Cheikh comportaient une grande quantité du même genre d'explosifs utilisés à Taba", selon une source sécuritaire. "Les auteurs des attentats de Charm El-Cheikh sont très probablement liés aux responsables des attaques de Taba", a ajouté la source. Par ailleurs, les six Pakistanais qui ont été soupçonnés d'avoir participé aux attaques seraient en fait des immigrants illégaux ayant franchi clandestinement la frontière avec Israël, selon un haut responsable de la sécurité cité par le quotidien gouvernemental Al-Ahram. "Les informations en notre possession montrent qu'ils ont gagné Israël à travers le Sinaï", a-t-il dit. Le Sinaï, une immense étendue désertique, est un lieu de passage pour immigrants et contrebandiers, avec l'aide de bédouins locaux. Cette "piste pakistanaise" démentie hier par les officiels égyptiens, aurait donc cédé la place à celle d'un groupe non identifié ayant perpétré les attaques qui ont causé la mort de 34 personnes à Taba et Noueiba, deux stations balnéaires sur la mer Rouge, tout près d'Israël. "Tous les indices montrent que la stratégie suivie à Charm El-Cheikh est conforme à celle utilisée à Taba, qu'il s'agisse du moment des explosions ou des lieux choisis pour exécuter les opérations", a poursuivi la source. Près de 600 kilos d'explosifs, dont le genre n'a pas été précisé, ont été utilisés dans les trois attaques de Charm El-Cheikh qui ont fait officiellement au moins 64 morts. Dans les deux cas, des explosions se sont succédées à quelques minutes d'intervalles sur plusieurs sites touristiques, dont des voitures piégées fonçant dans des hôtels. * La piste islamiste égyptienne Les deux stations balnéaires ont été frappées lors des deux fêtes nationales égyptiennes: l'anniversaire de la révolution le 23 juillet à Charm El-Cheikh et le 7 octobre à Taba lors du congé de la commémoration de la guerre en 1973. Des sources de sécurité ont indiqué que les enquêteurs soupçonnent particulièrement un islamiste égyptien déjà connu des services de police, Youssef Badran, d'avoir été l'un des kamikazes des dernières attaques. Des tests ADN ont été entrepris sur un corps suspecté d'être celui du terroriste qui a projeté son véhicule piégé contre l'hotel Ghazala Gardens, ont-elles précisé. Selon des sources sécuritaires, les autorités égyptiennes avaient reçu une alerte sur d’éventuels attentas à Charm El-Cheikh quatre jours avant les attentats.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com