Les jeunes et la fierté : Tirs croisés contre la passivité





Lorsque la fierté bascule dans le camp de l'arrogance et de la suprématie, elle perd de ses qualités. En revanche, un individu qui n’a aucune fierté est considéré comme un être qui manque de dignité. La fierté est-elle consommée à juste dose par les jeunes d’aujourd’hui? Et que pensent justement ces jeunes de ceux qui acceptent de se faire “humilier” sous l’enseigne de la ... modestie? Témoignages Tunis - Le Quotidien Certains montrent un peu trop de fierté à l’égard des autres. Implicitement, ils se montrent prétentieux. Ce genre de personnes est généralement écarté par les autres qui se sentent à leur tour trop fiers pour faire le premier pas. D’autres, souffrant d’un complexe d’infériorité et n’ayant pas le sens de la dignité, alimentent l’humilité et vont parfois jusqu’à “faire la mouche” au plus fort, du moment que leur intérêt est en jeu. Mais entre les uns et les autres, il y a ceux qui sont fiers et modestes sans être indignes pour autant. A quelle catégorie appartiennent les jeunes? Noureddine, 17 ans régule, semble-t-il, sa fierté selon son vis-à-vis. “Je suis certes très fier, mais pas au point d’avoir la grosse tête. Je pense que la fierté n’est pas seulement un trait de caractère. C’est quelque chose qu’on hérite de notre entourage le plus proche. En outre, la fierté n’a absolument aucun rapport avec le statut social. Nombre de personnes qui n’ont ni fortune ni biens, gardent fièrement leur dignité. D’ailleurs, ceux qui n’ont même pas un minimum d'amour-propre sont, à mon sens, des êtres vils qui n’ont pas de principes dans la vie. Ils n’ont qu’un seul vrai ami : l’intérêt et c’est - à la limite - honteux!” dit-il. Mohamed Abdelaziz , 18 ans, croit que la fierté ne doit pas être mise en jeu, s’agissant des parents. Elle ne doit pas non plus avoir du poids dans une relation amoureuse. “Généralement je ne cède jamais face aux autres. Je m’entête encore plus lorsque mon vis-à-vis essaye de m’humilier, croyant qu’il a plus d’atouts que moi. Je ne demande jamais pardon quand je ne suis par fautif, sauf s’il s’agit de mes parents. Il arrive aussi que je mette mon orgueil de côté avec la fille que j’aime. En dehors de ces deux genres de relations, je ne tolérerai jamais qu’on me rapetisse. Je suis un être humain à part entière et les intérêts sont pour moi toujours éphémères. Cela ne vaut pas la peine que je rompe avec mes principes et que j’effectue des volte-face”. Les personnes hypocrites et opportunistes manquent de fierté et elles finiront par être démasquées et tout le monde les regardera avec mépris et dégradation ... Que vaut l’homme sans la fierté ?! Absolument rien ! Ahmed, 19 ans, étudiant, est un jeune homme très modeste et très pacifiste. Il lui arrive de mettre sa fierté de côté quand il s’agit d’un sujet vital. Toutefois, il ne va jamais jusqu’à accepter l’humiliation et l’indignation. “Je ne joue pas aux “durs” quand j’ai affaire à des personnes âgées, un professeur, un parent ... sauf que cela n’a rien à voir avec la fierté. Je suis bien éduqué et je respecte les autres. Il m’arrive toutefois de faire passer certaines choses quand il y a un grand intérêt en jeu, mais jamais aux dépens de mon orgueil. Cela dit, quand quelqu’un me fait du mal et même s’il tient ma vie entre ses mains, je ne cède pas. J’écarte complètement mes parents de ces considérations, car quoiqu’il arrive, je garde toujours la tête baissée devant eux. Je ne conçois pas, par ailleurs, comment des êtres humains peuvent s’abaisser au point de devenir “aplatis” complètement”, dit-il. Arrogants ? les jeunes interlocuteurs ne le sont pas ! Indignes ? Ils ne le sont pas non plus! Tout laisse à croire que nos interlocuteurs sont fiers à juste titre, sans tomber dans l’excès. Il y a de quoi les féliciter. Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com