Chirac : La France n’est pas «le gendarme de l’Afrique»





Le président Jacques Chirac a affirmé avec force hier que la France n'avait "nulle vocation à jouer les gendarmes de l'Afrique", à l'ouverture à Paris d'une conférence internationale sur la microfinance où il a présenté des propositions pour accroître l'aide à l'Afrique. Le Quotidien-Agences Le chef de l'Etat a souhaité que le sommet du G8, qui se déroulera du 6 au 8 juillet à Gleneagles, en Ecosse, renforce son appui aux capacités africaines de maintien de la paix et il a présenté quelques-unes des propositions qu'il fera à cette occasion pour aider l'Afrique, dont une taxe internationale sur les billets d'avion et le maintien des préférences commerciales. La France, qui dispose de plusieurs bases sur le continent africain et a déployé une force d'interposition de quelque 4.000 hommes en Côte d'Ivoire, "n'a nulle vocation à jouer les gendarmes de l'Afrique", a affirmé Jacques Chirac. La France, fréquemment accusée d'ingérence - pour des raisons souvent diamétralement opposées par les parties en conflit comme en Côte d'Ivoire -, "s'engage pour la paix à la demande de l'ONU, de l'Union africaine ou des pays africains eux-mêmes", a répété Chirac. "Surtout, elle apporte tout son appui au développement de capacités africaines de maintien de la paix", comme le programme Recamp, a-t-il ajouté. "Le sommet de Gleneagles devra marquer un engagement accru de la communauté internationale dans ce domaine", a dit Jacques Chirac. "J'appuie les propositions qui y sont présentées par la présidence britannique", a poursuivi le chef de l'Etat en citant le "renforcement des capacités opérationnelles" des Africains, la mise en place d'un "régime de contrôle des ressources naturelles" (bois tropicaux, métaux stratégiques) détournées pour financer les conflits ou un traité international sur le commerce des armes légères. Evoquant les propositions qu'il fera au sommet pour une aide accrue à l'Afrique, le président a déclaré : "c'est à Gleneagles que va se jouer le succès ou l'échec du sommet des Nations unies sur la réalisation des objectifs du Millénaire" qui visent à diviser par deux la pauvreté dans le monde. Il a salué l'annulation de la dette des pays plus pauvres récemment décidée par les pays riches et l'engagement des Européens à augmenter de 10 milliards d'euros par an l'aide publique au développement (APD) pour l'Afrique. "Mais cela ne suffira pas", a-t-il affirmé. "C'est pourquoi l'Allemagne et la France proposent au G8 d'appuyer le lancement d'un premier prélèvement international de solidarité sur les billets d'avion, pour financer notamment la lutte contre le sida et les grandes pandémies", a-t-il rappelé. L'Union européenne a approuvé la semaine dernière l'idée d'une taxation modique sur les billets d'avion nationaux et intra-communautaires qui devrait rapporter au minimum quelque 560 millions d'euros par an en faveur du développement.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com