Tourisme de croisières : Doit mieux faire !





Au moment où la Méditerranée enregistre un accroissement vertigineux du tourisme de croisières, la part du marché de la Tunisie n’est pas aussi importante que ses potentialités ne le permettent. Plusieurs raisons expliquent ce trébuchement. Tunis - Le Quotidien Les bateaux de croisières luxueux et plus modestes continuent à se multiplier au port de la Goulette. Les statistiques prouvent que cette activité est en nette évolution d’une année à l’autre. A telle enseigne que cette forme de tourisme occupe aujourd’hui une place de choix dans le secteur touristique tunisien. Ce qui suppose que des efforts soient consentis en vue de promouvoir le tourisme de croisières. Théoriquement, les initiatives convergent effectivement dans ce sens. Mais pratiquement, il reste beaucoup à faire. Il y a lieu de préciser que les croisières sont de plus en plus demandées dans toute la Méditerranée. La preuve, les voyages par voie maritime ont évolué à raison de 125% au cours des dernières années. Les prévisions de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) à l’horizon de 2020 tablent sur 11,5 millions de croisiéristes dans Mare Nostrum. Ce qui est logique lorsqu’on sait que cette forme de tourisme enregistre une évolution de 30% par an dans notre région. Mais autant ce créneau est porteur tel que l’indiquent les chiffres de l’OMT, autant la Tunisie n’est pas en train d’exploiter ses potentialités comme il se doit. En effet, la part du marché pour notre pays d’ici l’année 2020, ne sera qu’environ 11%. Il va sans dire que la Tunisie est dotée de potentialités qui la prédisposent en principe à une importante activité croisiériste. Or, les chiffres ne traduisent pas ce fait. Quand on sait que deux ans en arrière, la Tunisie a bouclé l’année 2003 avec 340 mille croisiéristes, soit 7% du marché méditerranéen, on se demande quelles sont les raisons de cette modeste performance ? Pour l’année en cours, on a enregistré 600 mille visiteurs croisiéristes jusqu’au mois de mars. C’est toujours une évolution par rapport aux années précédentes mais qui reste en deçà des attentes. A cet effet, il importe de savoir que la part du lion dans les croisières revient au port de la Goulette. D’où l’orientation de l’Office de la Marine Marchande et des Ports (OMMP) vers la spécialisation de ce port. Celui-ci sera exclusivement réservé au transport des passagers et au tourisme des croisières. Pour concrétiser cette orientation, l’OMMP envisage d’aménager un terminal dont la réalisation serait assurée en totalité par des investisseurs privés. Ces derniers se chargeront de l’aménagement de ce terminal et son exploitation conformément à un contrat de concession de service public pour une durée déterminée. Sauf que ce terminal prévu maintenant depuis une bonne période, ne voit pas encore le jour malgré l’augmentation du trafic. En effet, il est incontestable aujourd’hui que le port de la Goulette connaît un surbooking . Ce qui représente une raison valable pour l’autorité portuaire qui cherche à redéployer ses services sur d’autres ports. Il s’agit principalement des ports de Bizerte et Sousse. Actuellement, une étude est en cours dans le but de mettre en place un poste d’accostage pour les croisiéristes. Néanmoins, il est impératif que les différents intervenants à cette activité cruciale conjuguent leurs efforts et passent à l’action. Car jusqu’à maintenant, la prise en charge des croisiéristes ne répond sans doute pas à leurs attentes. Au moment où on peut tirer profit d’une telle activité porteuse, on a tendance à laisser aller les choses. Du coup, la plupart de ces touristes finissent entre les mains fatales des “beznassas” des souks de la Médina de Tunis. Et c’est là une autre hémorragie à laquelle il faudrait trouver une solution radicale. Décidément, l’environnement portuaire doit figurer au centre d’intérêt des différentes parties concernées afin d’améliorer nos performances. Pour sa part, l’administration du tourisme est appelée à adopter une communication et un marketing appropriés pour commercialiser la destination Tunisie et fructifier ce créneau. M.KADA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com