Boxe Abdelkader Labbaoui (Pdt A.TU.BO.F.) : «Les Mondiaux à Tunis en novembre…»





La boxe française ou la savate est une discipline assez récente en Tunisie. Elle fut confiée dans un premier temps à l’Association tunisienne de boxe française. Cependant l’apparition d’une fédération de Kick Boxing et la décision de la tutelle de lui adjoindre la boxe française ne semble pas plaire au président de l’Association tunisienne de boxe française (ATUBOF), M. Abdelkader Labbaoui. Celui-ci part de plusieurs critères qui font que l’«on ne peut associer deux disciplines fort dissemblables qui n’ont aucun lien entre elles. La boxe française, est un sport dont l’apparition remonte au XVIIème siècle en France alors que le Kick Boxing n’est apparu timidement que vers les années 50 avant de connaître un certain développement. Ensuite notre Association existe depuis 1989 alors que la Fédération de Kick Boxing n’existe que depuis quelques mois. Tout cela fait que nous ne pouvons pas dépendre de cette Fédération dont les structures sont accaparées par des personnes qui n’ont aucune connaissance de la boxe française. Enfin la Fédération internationale de la boxe française présidée par M. Jean Houël s’est clairement exprimée quant à notre représentativité». A ce sujet, la Fédération internationale de boxe française a précisé dans une correspondance signée par son président qu’«elle considère l’ATUBOF comme étant le seul organisme tunisien habilité à organiser des manifestations nationales et internationales, à inscrire les athlètes, à délivrer les diplômes d’entraîneurs et d’arbitres, bref toutes les activités qui ont un lien avec la discipline. Et dans cet esprit, c’est à notre association qu’ils ont adressé l’invitation pour que nos athlètes puissent participer au tournoi qualificatif du Championnat du monde, combat qui vient de se dérouler à Annecy en France du 3 au 5 juin». * Une discipline sans moyens Pour ce tournoi, l’ATUBOF a dû se débrouiller avec les moyens de bord pour pouvoir être présente à cette manifestation. M. Abdelkader Labbaoui, président de l’ATUBOF, souligne : «Jusqu’en 1995, la boxe française est restée un sport marginalisé en Tunisie. Depuis, nous fûmes tant bien que mal soutenus par la tutelle dans la mesure où nous avions obtenu des résultats encourageants grâce notamment à Mohamed Noômane, champion du monde en 2001, et à Karim Chebbi qui fut trois fois vice-champion du monde. Cependant, l’apparition d’une Fédération de Kick Boxing et le fait qu’on refuse d’y être associé à condition d’obtenir au moins l’autonomie sportive totale, nous ont privés de tout soutien. Du coup, nous nous sommes déplacés à Annecy avec nos propres moyens». Cet esprit de sacrifice du président de l’ATUBOF et de ses camarades ne fut pas vain. Car nos athlètes ont confirmé toutes leurs qualités. «Nous avons organisé les championnats d’Afrique et les championnats arabes de la discipline à Tunis, et nous fûmes sacrés champions d’Afrique et champion arabe. Et à Annecy, nous avons obtenu deux places en finale. Wided Younsi (super-légères de 63 à -66 kg) s’est qualifiée pour affronter en finale la Croate Ksenija Koprek, alors que Issam Barhoumi (super mi-moyens de 70 à -74 kg) sera opposé au Français Amri Madani. Quant à Bilel Guizani, il a échoué de peu en demi-finale. C’est dire que nous avons des athlètes qui méritent tous les encouragements. Malheureusement, ce n’est pas le cas. On s’entraîne dans la salle de notre D.T.N. et on se procure les équipements grâce aux dons de la Fédération française». Pourtant un minimum de soutien de la part des autorités concernées pourrait donner une formidable impulsion à ce sport en Tunisie. A ce sujet, M. Abdelkader Labbaoui souligne : «Si Paris obtient l’organisation des Jeux Olympiques 2012, la France pèsera de tout son poids pour que la boxe française devienne un sport olympique. C’est là une très grande chance pour nous car nous aurons les moyens d’ici-là à former plusieurs champions olympiques. Sur un autre plan nous ne désarmons pas. On compte s’associer avec Ezzedine Ben Yacoub qui est connu pour l’organisation de grandes manifestations internationales, et avec qui il y aura un gala international en août prochain ainsi que les championnats de Tunisie de savate. Puis nous avons sollicité l’organisation des championnats du monde des treize catégories de la discipline pour novembre prochain, et nous avons un accord de principe». Il reste cependant à trouver une solution quant à la structure fédérale qui s’occupera de l’encadrement et de la promotion de cette discipline prometteuse. Abdellatif


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com