L’Iran élit son président : Rendez-vous avec le destin





Les Iraniens choisissent aujourd’hui leur prochain président entre un religieux modéré et un laïc ultra-conservateur, dans une élection dont l'issue, totalement imprévisible, risque de décider de la poursuite ou non des réformes et des rapports avec l'Occident. Le Quotidien - Agences A partir de 09H00 locales (04H30 GMT), 47 millions d'Iraniens de plus de 15 ans auront le choix entre l'ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani, le maire de Téhéran Mahmoud Ahmadinejad et l'abstention. Avec cette élection, la première présidentielle à se jouer au second tour depuis la Révolution, l'Iran pourrait prendre deux cours radicalement différents après les années de relative mais incontestable réforme sous Mohammad Khatami: celui de la modération et de la détente avec Rafsandjani et celui de la radicalisation avec Ahmadinejad. Selon tous les observateurs, les deux hommes seraient très proches dans les intentions de vote. Rafsandjani a promis de poursuivre la libéralisation sociale, de "défendre efficacement les droits de l'Homme", de privatiser une économie ultra-étatisée. Il est "logique", pour celui qui fut déjà président de 1989 à 1997, que les ennemis iraniens et américains "règlent leurs problèmes". Mais depuis la sensation causée au premier tour par Ahmadinejad, le scrutin s'est transformé en un vote pour ou contre le maire de Téhéran. Ahmadinejad, inconnu avant de devenir maire de la capitale en 2003, est un pur et dur. Il prêche un strict respect des règles islamiques. Il exalte la "pureté" des premières années de la Révolution. "Il faut choisir vendredi un gouvernement courageux dévoué au parti de Dieu (Hezbollah)", a dit Ahmadinejad, quelques heures avant la fin d'une campagne entachée par les agressions, les calomnies et les relents de fraude. Ahmadinejad refuse une reprise des relations "imposée" par les Etats-Unis et dénonce les menées "impérialistes" des Occidentaux.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com