Festival International de Carthage : Nos danseurs mènent… la danse





Deux plateaux de danse contemporaine sont au menu de cette nouvelle édition du Festival international de Carthage. C’est à nos artistes de mener la danse et d’affirmer que la danse contemporaine occupe, aujourd’hui, une place de choix dans le paysage artistique tunisien. C’est le retour en force de nos danseurs sur les scènes nationales, c’est aussi une marque de reconnaissance pour des artistes qui ont lutté pour rendre à cet art ses lettres de noblesse: deux rendez-vous sont au programme du Festival international de Carthage dans sa version 2005. Certes que le succès qu’ont connu les Rencontres Chorégraphiques de Carthage depuis leur lancement, il y a quatre ans , a été derrière ce choix et cette ouverture sur cet art. Les 24 et 26 juillet seront deux soirées marquantes pour nos danseurs et pour nos jeunes. Le premier plateau réunira Imen Smaoui, Sofiène et Selma Ouissi; lors de cette soirée, Imen Smaoui présentera sa récente chorégraphie intitulée “Ligne d’or ou début d’une vie” dont la première a été donnée au début de mai dernier dans le cadre de la 4ème édition des rencontres chorégraphiques de Carthage. La deuxième partie de la soirée sera réservée aux frères Ouissi qui combattront la violence, les guerres… par la danse dans un spectacle intitulé “Stop…Boom”. Nawel Skandrani, Aïcha M’barek, Hafedh Dhaou, Imed Jemaâ et Ahmed Khemis partagent la deuxième soirée offrant au grand public diverses lectures du quotidien via différents modes de danse. Depuis les années 80, Nawel Skandrani danse; un long parcours ici et ailleurs et différentes expériences et collaborations au sein des grandes compagnies ont valu à cette danseuse de prendre son envol dans les cieux de la création. Avec “Les étoiles filantes meurent en silence”, Nawel Skandrani esquissera via le gestuel la lutte de l’homme pour survivre. Un autre couple de danseurs prendra part à cette soirée: Aïcha M’barek et Hafedh Dhaou qui ont choisi de croiser leurs efforts et leurs approches esthétiques et artistiques. Amoureux de hip-hop, Imed Jemaâ a su faire de cette danse de rue une danse pleine d’esthétisme conjuguant volonté et simplicité. Parmi les noms qui sont sur la liste; le jeune danseur Ahmed Khemis qui a été sur l’affiche de la 4ème session des Rencontres Chorégraphiques de Carthage. Les fans de la danse contemporaine auront beaucoup à voir cet été. Attachez-vos ceinture pour deux grandes soirées les 24 et 26 juillet. Imen ABDERRAHMANI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com