Les jeunes et la saison estivale : Doucement le matin… «speedy» la nuit !





Hier, les examens du contrôle du bac ont pris fin. Tous les élèves chantent d’ores et déjà unanimement le refrain des vacances. Fini les études, fini les examens, fini le stress scolaire et les paperasses. Les jeunes partent en java. Normal, c’est l’été... La question s’impose d’elle-même. A quoi rime l’été pour les jeunes ? Tunis-Le Quotidien Les jeunes estivants qui partent pour une station côtière sont a priori munis de leur trousse de toilette, de tous leurs vêtements favoris d’étoffe légère, de leurs maillots de bain... Certains n’oublient pas tout de même de glisser dans leurs cabas quelques livres et magazines, au moment où d’autres mettent quelques articles de sports ou des outils de pêche... Chacun, selon ses propres aspirations conçoit l’été à sa manière. Naoufel Yazidi, 20 ans, vient de décrocher son bac. Après une année de dur labeur, Naoufel pense qu’il mérite bien une bonne période de «stand by». «Pendant l’été, je m'éclate. Je fais la fête, je me divertis et je me repose. Ca a toujours été ainsi. Je me réveille l’après-midi, je me dirige vers la plage et place aux bains de mer. Le soir, je reste aussi sur le bord de la mer, je profite de l’animation des plages, je garde un siège dans une buvette tout en gardant les pieds sur le sable. Il m’arrive aussi de faire du footing dans la forêt près de chez moi lorsque je ne suis pas au bord de la plage et le soir, je fais la fête avec les copains dans une ambiance proprement masculine. Nous préparons nous-mêmes le dîner composé généralement de spaghetti, de fritures et de salade et nous rigolons beaucoup. Je ne vais jamais aux boîtes de nuit, ce n’est pas mon truc ! Quant à la lecture, je me contente de jeter un œil sur les échos sportifs dans les journaux», dit-il. Le planning de Naoufel est très répandu. Mohamed, 19 ans, étudiant en architecture, mène les neuf mois d’études sans... prendre l’air. Sérieux, assidu et bosseur, le jeune homme passe la période scolaire à bosser. Mais une fois l’été là, il fait la nouba. «Dès la fin des examens, j’enterre tout ce qui a un rapport avec les études, le stress et le surmenage. Je fais la part des choses. Les trois quarts de l’année étant consacrés entièrement aux études, l’été pour moi rime avec divertissements. Mon rythme est presque le même : chaque été, je pars pour une destination côtière, je veille la nuit jusqu’à l’aube dans des boîtes de nuit où chez des amis. Je fais la grasse matinée, je me réveille l’après-midi et je profite de la mer. Je ne peux pas d’ailleurs concevoir l’été autrement», dit-il. Mohamed Ali, 17 ans, suit actuellement une formation en anglais durant le mois de juin, histoire de bien couronner l’année scolaire. Après la formation, il fait comme les autres, il oublie livres, stylos et fournitures scolaires jusqu’à septembre. «L’été rime pour moi avec repos et divertissement. Dès le premier juillet, je pars à Sousse, ma ville natale. Je me réveille tous les jours vers le coup de midi, je vais à la plage et le soir, je profite pour faire la fête : boîte de nuit, soirée dansante, balade dans les centres de loisir... Je ne peux pas imaginer l’été autrement. Toutefois, quand je reste à la maison, je lis les articles sportifs dans les magazines et je fais quelques exercices sportifs», dit-il. Sana, 19 ans candidate au bac, «divise» l’été en trois parties. Avant la mi-juillet, la jeune fille consacre la majorité de son temps à «affiner sa taille». La deuxième partie est consacrée à faire la fête et enfin, elle se repose. «Avant de partir en vacances, je me mets en régime spécial. Je dors durant 10 heures, je mange de manière saine et équilibrée et je fais deux heures d’aérobic quotidiennement pour paraître plus belle durant mon séjour à Hammamet. Nous partons en famille et mon programme quotidien, c’est dodo, plage et veillées selon le «menu» du jour, l’essentiel est de faire la fête avec mes sœurs et mes cousins. De retour à Tunis, j’aide ma mère pour les corvées ménagères, je regarde la télé et je passe mon temps à bouquiner», dit-elle. Abir Chemli OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com