Halliburton a surfacturé plus d’un milliard de dollars en Irak : «Incompétence, malhonnêteté et escroquerie»





Les surfacturations de la société de services pétroliers Halliburton en Irak auraient coûté au moins 1 milliard de dollars aux contribuables américains, voire 1,4 milliard de dollars, selon un rapport de l'opposition démocrate américaine. Le Quotidien-Agences Selon un rapport, citant des audits du ministère de la Défense et de l'Armée de Terre américaine, Halliburton, longtemps dirigée par le vice-président Dick Cheney, aurait facturé pour plus d'un milliard de dollars de coûts "considérés comme inacceptables", soit qu'ils soient "déraisonnables" ou non justifiables par les termes du contrat. En outre, des coûts s'élevant à 422 millions de dollars ont été qualifiés de "non justifiés", les documents fournis par Halliburton ayant été insuffisants pour déterminer s'ils étaient ou non acceptables. Parmi les cas d'abus les plus grossiers, le rapport cite des cartons de boissons gazeuses facturés 45 dollars, ou encore une facture de 100 dollars pour le lavage de moins de 7kg de linge. Le rapport, qui fait également état des conditions douteuses d'attribution de contrats à Halliburton, souligne que cette nouvelle estimation des surfacturations de la société représente plus qu'un doublement des chiffres avancés jusqu'à présent, qui faisaient état de 200 millions de dollars pour la fourniture de repas et de 218 millions de dollars pour l'importation d'essence en Irak. "L'administration (du président Bush) nous a seriné que tout allait bien, que le système fonctionnait, que personne ne grugeait les contribuables", s'est insurgé le représentant démocrate Henry Waxman. "Pendant ce temps, les facturations déraisonnables s'accumulaient, et s'accumulent encore deux ans plus tard. Que cela s'explique par de l'incompétence crasse ou de la malhonnêteté délibérée, le résultat est le même: les contribuables sont escroqués", a-t-il ajouté. Le sénateur Frank Lautenberg, également démocrate, a pour sa part accusé la majorité républicaine d'être trop indulgente avec Halliburton. "Je ne sais pas si c'est parce que le vice-président (Dick) Cheney est toujours rémunéré par Halliburton, jusqu'à 2007", a-t-il dit, faisant état de "stock-options" de Dick Cheney. Durant une audition organisée par les parlementaires démocrates sur ces surfacturations, un ancien employé de la filiale de Halliburton KBR, chargé de la cantine au Camp Anaconda (90 km au nord-ouest de Bagdad), a raconté que des responsables de la société non seulement faisaient tout pour éviter les auditeurs envoyés par le Pentagone, mais même qu'ils interdisaient aux autres employés de leur parler, sous peine d'être envoyés dans des sites plus dangereux.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com