Promotion des PME : Quel rôle pour les banques?





L’Union Arabe des Banques (UAB) et la Banque centrale de Tunisie viennent d'organiser un forum sur le développement et le financement des petite et moyenne entreprises. Une occasion de mettre l'accent sur l'apport de ces entreprises dans le développement économique, notamment à travers les expériences de certains pays arabes dont la Tunisie surtout après la création de la banque de financement des BFPME. Tunis le, Quotidien "L'importance des petites et moyennes entreprises dans le tissu économique mondiale ne cesse de prendre de l'empleur notamment depuis les années 1990. On a désormais la preuve que ce type de sociétés aide à la création de l'emploi et la promotion de la productivité et de sa qualité. Pourtant, on constate aujourd'hui que dans les pays arabes on n'accorde pas assez d'importance à ce secteur qui fait face à de nombreux obstacles aussi bien administratifs que de garantie de financement", estime le Professeur Amer abou-Aïcha Ali, membre de l'UAB, section Libye. Il introduit ainsi le forum qui a vu la participation de pas moins d'une dizaine de pays arabes qui, chaqu'un de son point de vue, a essayé de décortiquer les principaux entraves à l'essor des PME. Des problèmes qu'on peut résumer en quatre axes principaux: la routine administrative, la multiplication des intervenants, le manque d'information et de motivation notamment chez les jeunes promoteurs et enfin, le problème principale, la couverture des risques. * Le rôle des comptoirs "Les PME ont toujours eu des problèmes de financement surtout de la part des banques commerciales qui cherchent souvent à trouver des garanties parfois impossibles de la part de ses petites entreprises. Or on sait aujourd'hui qu'il y a beaucoup d'opportunités de financement hors ces banques traditionnelles et ce à travers les comptoirs tel que l'UAB", explique M. Khaled Walid Ghzaoui, Président exécutif de la société de financement égyptienne "Tamweelcom". En effet et de l'avis général des participants, les comptoirs, tel que l'UAB sont plus habilités à trouver la solution du financement des petites, moyennes et même les micro-entreprises que les banques commerciales qui, de part sa croyance de l'importance des garanties, oublient souvent l'apport humain et son importance dans la réussite d'un projet. * L'exemple tunisien Le forum tenu dans les locaux de l'Institut Arabe des chefs d'entreprise (IACE), a été aussi l'occasion de mettre en exergue l'expérience tunisienne en la matière. Ceci a été fait par M. Abdesslam Mansour PDG de la BFPME qui a mis l'accent sur l'importance que donne le Président de la République, Zine EL Abidine Ben Ali à la promotion de ce type d'entreprises. Une importance qui a été mise en application par la création de cette banque purement dédiée aux petites et moyennes entreprises. "Créée dans le cadre de la loi n°65 de l'année 2001 la banque vise la promotion économique et sociale ainsi que l'enrichissement des opportunités de financement actuelles et l'encouragement des initiatives privées", précise M. Mansour. M.A.B.R.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com