«Mahdia Capitale des Fatimides» : Une histoire à multiples facettes





Mahdia, cette ville située à 205 km au Sud de Tunis a un passé qui remonte à l’époque préhistorique. Elle a connu une histoire jalonnée d’événements majeurs, avant, pendant et après l’épopée fatimide. Ce sont, en substance, quelques éléments historiques que relate “Mahdia Capitale des Fatimides”, un livre que vient de publier Néji Jelloul aux édition “Contraste-Editions”. Ce nouveau livre fort-édifiant vient apporter quelques éléments historiques quant à la compréhension de l’histoire de cette ville, devenue en 912 la capitale des Fatimides. En effet, l’auteur révèle dans ce livre que la présence de l’homme dans la région de Mahdia remonte à l’époque préhistorique. Comme en témoignent les vestiges de deux stations néolitiques, dont l’existence se situe entre 5000 et 2000 avant J.C. Avant de prendre le nom de Mahdia et devenir une ville arabo-musulmane, cette cité a succédé à une vaste agglomération antique qui était appelée par les Romains “Goummi”. Par ailleurs, et sur la base des éléments archéologiques, Néji Jelloul a démontré que l’existence réelle de Mahdia remonte à l’époque punique, comme en témoignent d’ailleurs les restes d’amphores trouvés lors du dragage de la darse et les études menées sur l’érosion. Outre la cité libyo-phénicienne, la ville a abrité une cité romaine, une ville médiévale, composée de la ville-ribat des Aghlabides et a connu plusieurs guerres, avant d’être conquise par les Fatimides. * Les Fatimides et après…! Fondée au Xème siècle à l’emplacement de la nécropole punique, la ville de Mahdia est devenue la capitale du premier Califat Chiite de l’histoire de l’Islam. Selon l’auteur, ces descendants de Fatma, -la fille du Prophète Mohamed- connurent plusieurs dissensions qui entraînèrent très tôt la formation de plusieurs rameaux, dont le plus important est celui des Fatimides. “Après avoir prospecté la Côte en 912, le Mahdi décida de bâtir sa capitale sur un site qui ressemble étrangement à celui de Carthage”, note Néji Jelloul. Mais les constructions commencèrent sur ce site en 920. Après l’édification de la ville de Mahdia, il y a eu la succession de plusieurs événements, dont la révolte des berbères. Elle a connu par la suite plusieurs déchéances, à partir du XIIème siècle, avant d’être occupée par les Normands entre 1148 et 1160. Au Xème siècle, Mahdia a connu plusieurs réalisations modernes dont des installations hydrauliques, la construction d’une grande mosquée, avant l’édification du palais fatimide entre le Xème et le XIème siècle. Plus tard, après une longue résistance contre les colons ottomans, la ville devient une garnison. Outre un aperçu très exhaustif des époques tourmentés de la capitale des fatimides, le livre de Néji Jelloul fait également une longue rétrospective sur les monuments et les édifices religieux de cette ville, tels la mosquée Mustapha Hamza, la mosquée Slimane Hamza, la zawiya Ben Romdhane, le mausolée Sidi Jaber, entre autres. Volume de 80 pages, élégamment illustrées par de belles photos des endroits et monuments symboliques de Mahdia, il vient d’être réédité avec de nouvelles corrections et apporte de nouveaux éclairages sur l’histoire de Mahdia. Il corrobore l’histoire ancienne et contemporaine de cette ville, pour donner un tableau complet sur l’historique de cette ville multiséculaire. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com