Le Maghreb au carrefour des partenariats : Briser le joug de la dépendance





Le Centre de la Ligue des Etats Arabes à Tunis a abrité hier les travaux de la 4ème session de la conférence: “Le Maghreb Arabe au carrefour des partenariats”. Ces travaux ont porté sur les perspectives du travail dans la région en vue de réussir un partenariat équilibré avec les grandes alliances économiques. Parmi les dossiers évoquées figure la question de l’immigration et la dépendance économique. Tunis - Le Quotidien “Tant que l’Union du Maghreb Arabe tarde à voir le jour, les pays de la région sont acculés à perdre plus de 4,6 milliards d’euros par an. Ce manque à gagner est dû au déséquilibre dans les rapports économiques qui lient le Maghreb aux différentes alliances économiques voisines”. C’est en ces termes que M. Mohamed Larbi Massari, ancien ambassadeur et journaliste marocain a décrit la situation des pays du Maghreb arabe face aux partenariats qui leur sont proposés. Lors de son intervention qui a porté sur le même thème, à savoir “le Maghreb arabe et les partenariats proposés”, ce conférencier a souligné que l’absence d’une politique économique commune fait que les rapports des pays du Maghreb avec la zone européenne sont marqués par la dépendance et non plus par l’équilibre et l’égalité. D’après ce conférencier, “le partenariat proposé par l’Union européenne n’est pas sans susciter des soucis et des préoccupations de plus en plus croissantes surtout que les pays européens sont devenus plus exigeants de voir une véritable union se créer au Sud de la Méditerranée”. M. Larbi Massari a souligné par ailleurs qu’en l’absence d’une politique économique et d’une stratégie commune pour résoudre les problèmes des déséquilibres dans les relations avec l’extérieur,viennent s’ajouter à la faiblesse de la croissance économique et surtout le dossier du chômage qui constituent des handicaps majeurs pour un partenariat plus équilibré avec l’Europe. * Immigration clandestine L’un des dossiers qui préoccupent le plus les partenaires européens des pays du Maghreb demeure la question de l’immigration. Le conférencier marocain a affirmé à ce propos que la pression exercée sur les pays du Maghreb par l’UE pour lutter d’une façon radicale contre l’immigration est aujourd’hui placée au cœur des négociations entre les deux parties. La préoccupation, voire la crainte des Européens face à la croissance des flux des immigrés clandestins vers l’Europe ont fait que le dossier soit placé au cœur des rapports entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Dans cette perspective, la coordination entre les pays du Maghreb en vue de lutter contre le phénomène est devenue une des conditions fixées par les partenaires européens pour l’établissement d’une zone de libre échange et de partenariat plus équitable, note le conférencier. Le plan d’action maghrébin envers cette situation doit cependant émaner de l’intérieur et non pas être imposé de l’extérieur, fait remarquer le conférencier marocain qui note que “il est sûr que le Maghreb Arabe est en train d’évoluer et on peut même dire que l’Union existe mais ce sont les Européens et les Américains qui dictent le chemin à suivre. “La construction se fait selon des modèles schématisés à Bruxelles et à Washington”, indique -t-il. L’orbite européenne Par ailleurs et à propos de l’intégration économique maghrébine dans l’espace Euro-méditerranéen, une conférence a été donnée à ce sujet par M. Abdelfattah Ammous, professeur d’économie à la faculté de Sfax. Cet universitaire a indiqué que le sujet de l’intégration économique des pays du Maghreb dans la zone euro-méditerranéenne fait l’objet de réflexions dans le cercle des universitaires depuis déjà 15 ans. Parmi les conclusions tirées, il semble que diverses faiblesses et lacunes persistent dans les rapports des pays du Maghreb avec leurs partenaires de la rive Nord de la Méditerranée. Ces lacunes et dysfonctionnements ont fait que la région du Maghreb reste avant tout un marché pour les pays de l'UE, intégré dans une vision colonialiste qui ne cesse de se cristalliser. “Le Maghreb qui peine à se passer de ses handicaps tournera toujours dans l’orbite économique européenne en restant dépendant” indique le conférencier. H.G.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com