Pourparlers inter-palestiniens en Syrie prochainement : Un gouvernement d’union nationale au menu





Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas se rendra "mardi ou mercredi" à Damas pour des pourparlers inter-palestiniens en vue de la formation d'un gouvernement d'union nationale, a déclaré hier le Premier ministre palestinien. Le Quotidien-Agences "Le président se rendra à Damas mardi ou mercredi pour des entretiens avec les secrétaires généraux des formations palestiniennes", a affirmé Ahmad Qoreï. Dix formations palestiniennes sont basées dans la capitale syrienne. Qoreï, qui se trouve à Amman où se tiennent depuis jeudi des réunions du Comité Central du Fatah, a précisé que lui-même entamera des contacts dans les territoires palestiniens avec les "formations nationales et islamiques", dans le même but. Le Comité central, qui a clôturé hier ses réunions, doit appeler toutes les formations palestiniennes à participer à un gouvernement d'union nationale "dans cette phase critique qui nécessite l'union de notre peuple avant le retrait israélien de la bande de Gaza et du nord de la Cisjordanie", a-t-il indiqué. Qoreï avait lancé mardi ce projet de cabinet d'union nationale, mais le mouvement islamiste Hamas l'a qualifié d'"acte de propagande". "Cette offre n'est pas sérieuse car elle a été lancée par le biais des médias sans être soumise aux factions, ce qui nous amène à ne pas donner suite à cette propagande médiatique", a déclaré le porte-parole du Hamas Sami Abou Zouhri. Le gouvernement est dominé par le Fatah mais d'autres formations influentes dans la bande de Gaza comme le Hamas ont fait savoir qu'elles souhaitaient participer à l'administration de ce territoire après le retrait israélien à la mi-août. De son côté, Mahmoud Abbas a affirmé hier que l'idée de la nomination d'un vice-président de l'Autorité palestinienne était à l'étude au sein du Parlement. "Il n'y a pas de poste de vice-président de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) ou de l'Etat palestinien, mais il existe une idée de nommer un vice-président de l'Autorité palestinienne", a-t-il dit. Des membres du Comité central du Fatah qui s'étaient réunis la semaine dernière à Ramallah (Cisjordanie) avaient proposé la nomination du chef du mouvement, Farouk Kaddoumi, aux postes de "vice-président de la Palestine" (fonction largement honorifique) et vice-président du Comité exécutif de l'OLP, Abbas étant "président de la Palestine" et du Comité exécutif de l'OLP. Mais lors de sa rencontre avec Abbas mercredi, Kaddoumi a refusé ces postes, selon un responsable palestinien. Treize membres du Comité central du Fatah résident dans les territoires occupés alors que trois autres, dont Kaddoumi, vivent en exil. Le Comité doit en outre fixer une nouvelle date à sa conférence générale, prévue initialement le 4 août mais reportée sine die. Ce report a été motivé selon des responsables de ce mouvement par des questions de calendrier, le 4 août, date de naissance de Yasser Arafat, fondateur du mouvement, étant proche du début du retrait israélien de la bande de Gaza. La dernière conférence générale du Fatah, créé en 1965, s'était tenue à Tunis en 1989.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com