La forme et le fond : Les jeunes préfèrent la beauté physique et intérieure





Chez une certaine catégorie de jeunes, le choix du partenaire aussi bien masculin que féminin se fait selon… les apparences. Physique, habits, gadgets et… biens matériels, semblent être les premiers critères de choix pour établir les relations entre les personnes. Ce constat se vérifie-t-il dans la réalité. La forme compterait-elle plus que le fond. Tunis-Le Quotidien Certes un jeune homme beau possédant une “caisse” de rêve et le dernier des portables, portant du signé de la tête jusqu’aux pieds et sentant un parfum pénétrant a toutes les chances de faire tourner des têtes. En revanche, une fille classée “canon”, très bien habillée, très bien maquillée et vivant dans un quartier huppé, est capable a priori, de faire le même effet. Est-ce vrai? Achref, 18 ans, candidat au bac avoue que la “forme”, les apparences, le paraître… sont les premières choses qui l’attirent chez l’autre. “D’abord, la beauté tape à l’œil. La nature humaine fait que nous aimons tout ce qui est beau et présentable et je trouve qu’il n’y a aucun mal à cela. J’ai tendance à privilégier le paraître, du moment que le premier contact entre deux personnes est toujours physique. En plus, le paraître est généralement révélateur et il peut refléter la nature et le mode de vie de l’individu”, dit-il. Certes Achref demande un smig de paraître, mais en contrepartie, il souhaite que le fond de la personne soit aussi bon. “L’idéal serait de connaître quelqu’un qui soit irréprochable sur le fond et la forme. Toutefois, même s’il s’avère être vide, futile ou immoral, je continuerai à le fréquenter. Si c’est une fille, je classerai la nature dans un cadre de pur passe-temps. S’il s’agit d’un garçon, je le classerai comme un simple copain et non pas comme un véritable ami. Mais ce, après avoir bien sûr essayé de le… “corriger”…”, ajoute-t-il. Mohamed, 18 ans, candidat au bac, agit presque de la même manière. “Nous vivons dans une ère trop centrée sur la matière et le paraître. Je ne nie pas vouloir côtoyer des personnes… aisées. Je suis quelque part opportuniste et il vaut mieux avoir quelqu’un qui nous apporte un plus dans notre vie. Toutefois, il est difficile qu’on réussisse à dénicher “la perle rare” et de tomber sur un individu qui soit aussi bien présentable que pur. Mais si je procède par élimination, je préfère côtoyer une personne de laquelle je n’aurais pas honte quand je suis en public même si sur le plan intellectuel il s’avère être un nullard! C’est la tendance actuellement et la morale ne nous permet pas à elle seule de vivre, d’acheter, de nous éclater… Tout compte fait, c’est le paraître qui l’emporte et même si c’est malheureux, c’est hélas une vérité générale de nos jours. Seuls les êtres bien “friqués” et réputés qui ont la cote qui arrivent à épater”, dit-il. Aymen 20 ans, candidat au bac n’est pas tout à fait d’accord. Certes, comme tout être humain qui aime tout ce qui est beau, il a tendance à “craquer” devant un joli paraître. “D’abord, “tout ce qui brille n’est or”, est un proverbe auquel je crois entièrement. Je ne peux pas nier que l’être humain est un mélange de fond et de forme. Nul ne peut être insensible devant la beauté, ni devant un physique coquet, mais à mon sens, cela ne peut jamais être décisif sur le sort d’une relation. Je n’apprécie pas les “sois belle et tais-toi”. Je préfère un physique modeste et une haute moralité. Parce que nous ne pouvons jamais bâtir une relation solide avec quelqu’un de très réduit intellectuellement ou qui soit encore cruel ou trop superficiel. Et si mon partenaire, qu’il soit fille ou garçon réduit ses connaissances à la dernière marque de voiture, au parfum de la saison et aux défilés de mode; non merci, je préfère m’abstenir car je finirai par m’en lasser!”, dit-il. Amel, 19 ans, bachelière est une fille très coquette. Mais, la jeune fille est loin d’être une vraie fashion’s victim. Et ce qu’elle attend de ses partenaires filles et garçons c’est un ensemble de beauté. “La beauté de la personne n’est pas seulement physique. Certes je m’entretiens physiquement, je m’habille de manière “in” et je suis peut-être agréable à voir, mais je m’entretiens aussi sur des points beaucoup plus profonds. Je fais toujours un “chek up” complet avec moi-même, histoire de combattre mes défauts et pour rester toujours belle à l’intérieur. Je crois qu’un être ne peut jamais être considéré beau s’il n’est pas aussi bon de cœur qu’agréable à voir. Et j’attends des autres justement ce genre d’équilibre, sinon à quoi bon la beauté si l’autre nous fera souffrir et à quoi sert la beauté intérieure si le physique de l’autre nous donne la nausée!”, dit-elle. Abir CHEMLI OUESLATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com