24 heures avant le Sommet du G8 : Les manifestations se multiplient, les désaccords aussi





Des manifestants ont bloqué hier l'accès à la base écossaise des sous-marins nucléaires britanniques afin de dénoncer les programmes militaires du G8, à deux jours du début du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement à Gleneagles. Un sommet qui s’annonce chaud notamment sur le climat après les propos de Bush refusant tout accord similaire au protocle de Kyoto. Le Quotidien-Agences A Edimbourg, environ 250 anarchistes ou militants anti-capitalistes, dont certains portaient des drapeaux noirs, ont défilé dans le centre, cernés par des policiers anti-émeutes. Aucun incident n'était signalé. A Faslane, un seul incident avait été enregistré en fin de matinée: un homme de 24 ans qui tentait de pénétrer sur la base a été arrêté par la police militaire après être entré dans le dépôt de pétrole adjacent. "Il s'agit d'envoyer un message très clair au G8 pour qu'ils mettent les armes nucléaires à l'ordre du jour à Gleneagles", a déclaré la députée européenne Caroline Lucas (Verts). "On ne peut rien promettre contre la pauvreté quand on dépense autant en armement", a affirmé pour sa part Ruth Tenner, porte-parole de la CND. "90% des armes vendues dans le monde, a-t-elle rappelé, proviennent des pays du G8". "Je ne crois pas à la promesse des dirigeants du G8 de s'attaquer à la pauvreté", a déclaré le député régional Tommy Sheridan, responsable du parti socialiste écossais: "s'ils veulent vraiment le faire, qu'ils détournent les 646 milliards de dollars du budget annuel consacré aux armes par les pays du G8 vers l'alimentation, les écoles, les retraites et les hôpitaux". * L’aide au développement de l’Afrique Le Premier ministre britannique Tony Blair, hôte du sommet, a fait de l’aide internationale à l’Afrique et de la lute contre le réchauffement climatique les deux priorités de la réunion. George Bush a récemment annoncé plusieurs initiatives pour aider au développement économique et sanitaire du continent africain. Celles-ci sont toutefois loin de répondre à l'objectif fixé par Blair de doubler l’aide publique au développement (APD) à l’Afrique d’ici 2010 pour la porter à 25 milliards de dollars annuellement. Le président Bush a également refusé de s’associer au projet britannique de facilité financièrement internationale visant à doubler l’ensemble de l’APD au tiers-monde pour la porter à 100 milliards de dollars par an, affirmant que les pratiques budgétaires américaines l’en empêchent. La Maison-Blanche estime que l’objectif de porter pour chaque pays riche le niveau d’APD à au moins 0,7% du Produit intérieur brut n’est pas réaliste dans le cas des Etats-Unis en raison de la taille de leur économie, la première au monde. Les Américains sont les premiers en matière d’aide en valeur avec 19 milliards de dollars par an. * Discussions chaudes sur le climat C’est toutefois sur le réchauffement climatique que George Bush va se retrouver le plus isolé. Ce dernier a, en effet, admis dans un entretien télévisé hier que le G8 devra se pencher sur le changement climatique mais refusé par avance tout accord similaire au protocole de Kyoto. Interrogé par la chaîne de télévision britannique ITV Bush a averti que si le plan d'action du G8 "ressemble au protocole de Kyoto, alors la réponse (américaine) sera 'non'". Le protocole de Kyoto est le plus contraignant de quelque 250 accords mondiaux d'environnement et il impose des réductions chiffrées d'émissions de six gaz à effet de serre et de trois gaz fluorés. "Le protocole de Kyoto aurait détruit notre économie, pour parler clairement", a déclaré le président américain, refusant par avance toute solution qui obligerait à une réduction chiffrée des émissions des gaz à effet de serre émis par chaque pays. Admettant que le changement climatique "est un problème important, à long terme, face auquel nous devons agir", George W. Bush a estimé que la meilleure façon de réagir était d'investir dans les nouvelles technologies. George Bush s'est ainsi vanté d'un programme d'investissement de 20 milliards de dollars (16,7 mds EUR) lancé par les Etats-Unis pour maintenir prisonniers les gaz à effet de serre émis par l'industrie, développer des centrales n'émettant pas de gaz à effet de serre, ou développer des véhicules fonctionnant à l'hydrogène. "Mon espoir, et je crois que c'est également l'espoir de Blair, est que nous allions au-delà du protocole de Kyoto et que nous collaborions sur les nouvelles technologies", a-t-il ajouté. * Le PO et les Jeux Olympiques Dimanche le président français Jacques Chirac s’est cependant voulu plus optimiste, alors que la presse britannique parlait d’un texte, extrêmement minimaliste, où Washington admettrait la réalité du problème du réchauffement climatique et le principe d’action à mener. Le Proche-Orient, où Blair espère des «progrès sur la question palestinienne», la lutte contre le terrorisme et celle contre la prolifération des armes sont également au programme, auquel pourrait aussi s’ajouter la question des prix du pétrole. Berlin voudrait également faire du contrôle des fonds d’investissement spéculatifs (hedge funds) l’un des thèmes du sommet. Et un autre sujet est déjà sûr de s'inviter au tout début du sommet, qui est assuré de fâcher un peu plus Blair et Chirac, déjà à couteaux tirés sur l’avenir de l’Europe. Le 6 juillet, le CIO désignera en effet à Singapour la ville hôte des Jeux Olympiques de 2012. Londres et Paris sont les deux villes favorites, et ni Chirac ni Blair n’accepteront de gaîté de cœur la victoire de l’autre.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com