Première visite de Abbas en Syrie : Le dégel ?





Le successeur de Yasser Arafat , Mahmoud Abbas, entame aujourd’hui sa première visite en Syrie, qui devrait confirmer l’amélioration des relations entre Damas et l’Autorité palestinienne. Le Quotidien - Agences Le dirigeant palestinien aura un entretien demain matin avec le président Bachar Al-Assad sur les relations bilatérales syro-palestiniennes et le processus de paix au Proche-Orient, avant d’être invité à déjeuner par le Chef de l’Etat syrien, a-t-on indiqué de source palestinienne. Abbas doit par ailleurs rencontrer “les chefs et représentants d’organisations palestiniennes” basées à Damas, dont ceux du Jihad islamique et du Hamas, a indiqué Khaled Fahoum, ancien président du Parlement palestinien en exil. Ces discussions interpalestiniennes interviennent avant la formation d’un nouveau cabinet palestinien et le retrait israélien de Gaza prévu cet été. Elles porteront en outre sur la formation d’un nouveau Conseil national palestinien (Parlement), selon un responsable palestinien. Le gouvernement palestinien actuel est dominé par le mouvement Fatah, mais d’autres formations influentes dans la Bande de Gaza, comme le Hamas, ont fait savoir qu’elles souhaitaient participer à l’administration de ce territoire après le retrait israélien, prévu à partir de la mi-août. Le représentant du front populaire de libération de la Palestine (FPLP) à Damas, Maher Taher, a estimé qu’une participation à un gouvernement d’union nationale “nécessite un accord politique et une restructuration des organismes de l’OLP”. Le FPLP est un parti laïc membre de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). “Il est difficile d’imaginer une participation au gouvernement du FPLP, alors que son secrétaire général Ahmad Saadate est incarcéré par l’Autorité palestinienne depuis plus de trois ans”, a-t-il déclaré. Farouk Kaddoumi, chef du Fatah, qui vit en Tunisie et dont les relations avec Abbas sont mauvaises, a devancé ce dernier à Damas. Kaddoumi s’est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères syrien Farouk Al-Chareh, avant de tenir hier une réunion élargie avec des chefs palestiniens, dont celui du Hamas Khaled Mechaal et des représentants du Jihad islamique, du FPLP, du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP) et du FPLP-Commandement général (FLP-CG), branche dissidente du FPLP. ______________________________ L’opposition palestinienne à Damas Dix mouvements palestiniens de l’opposition sont basés à Damas depuis les années 1980. Mais depuis deux ans, ils ont fermé leurs permanences et leurs dirigeants se sont faits discrets. Ils sont considérés par les Etats-Unis et Israël comme des mouvements terroristes. Bachar Al-Assad et Mahmoud Abbas s’étaient rencontrés en décembre 2004 à Damas, lors d’une visite destinée à tourner la page de deux décennies de tensions entre la Syrie et les organisations proches de Arafat. Les rapports entre la Syrie et Yasser Arafat s’étaient dégradées après la conclusion des accords israélo-palestiniens d’Oslo en 1983, dénoncés par Damas comme une paix séparée.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com