Les marionnettes, enfant pauvre du théâtre





retrouver la lumière. Elle arrive comme en plein cœur pour nous redonner la force et l'espoir de nos rêves d'enfants. La marionnette qui faisait son bonhomme de chemin depuis presque deux décennies, bute quelque peu aujourd'hui,... le temps d'une remise en question. D'une marionnette qui virevolte dans la main d'un marionnettiste, se délectant des yeux d'un public d'enfants, la joie aborde ces petites postures attendrissantes qui savourent le plaisir des mots simples, des images coloriées... Le jeu est censé être ludique, pédagogique et artistique. II force à ouvrir grand les yeux pour exorciser nos peurs, les craintes qui nous habitent. Et c'est tant mieux, car nos enfants en sont très friands. Les pédopsychiatres en sont conscients. On est même allé jusqu'à tenter l'expérience de la marionnette comme un moyen thérapeutique au Centre national des arts de la marionnette. Rappelons-le, c'était il y a quelques années lorsque Mokhtar Louzir y était à la direction. La marionnette s'est toujours liée à quelques noms qui en étaient les pionniers : Ahmed Snoussi, Hbiba Jendoubi, Hassen Mouadhen, Jamel Aroui et Farhat Jédidi.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com