Coran profané : Washington passe aux aveux





Le Quotidien-Agences "J'aimerais que vous sachiez que nous n'avons trouvé aucune preuve crédible établissant qu'un membre de la Joint Task Force à Guantanamo Bay ait jeté un Coran dans les toilettes", a déclaré le général Jay Hood, chef du camp de Guantanamo. Les enquêteurs ont identifié treize incidents alors qu'environ "31 000 documents ont été examinés pour procéder à cette enquête". Des détenus de la prison de Guantanamo se sont plaints de l'attitude irrespectueuse de leurs gardiens envers le Coran. Le magazine Newsweek avait affirmé le 2 mai qu'un Coran avait été jeté dans les toilettes avant de se rétracter. Cet article avait entraîné des émeutes en Afghanistan causant la mort d'une quinzaine de personnes. Les treize incidents ont tous été "résolus", a affirmé le général Hood. Selon lui, quatre incidents impliquant des gardiens et un incident concernant un enquêteur ont révélé un traitement irrespectueux du livre sacré. Le reste des cas ne présente pas de gravité particulière, a précisé le militaire. Il a indiqué que deux membres du personnel militaire de Guantanamo avaient été sanctionnés. L'un d'eux a été affecté à d'autres tâches. Le général Hood n'a pas révélé la sanction du second. Concernant l'accusation la plus grave relative au Coran jeté aux toilettes, un agent du FBI avait rapporté dans un mémorandum d'août 2002 les plaintes d'un détenu. "Les gardiens du centre de détention ne le traitent pas bien. Leur comportement est mauvais. Ils ont jeté un Coran dans les toilettes", écrivait l'agent. Le général Hood a souligné que ce détenu avait été soumis à un nouvel interrogatoire le 14 mai. Il n'a pas réitéré ses accusations, a-t-il ajouté, précisant que l'homme n'aurait pas "assisté lui-même à la scène mais qu'il avait entendu cette rumeur à un autre moment et dans un autre endroit." Un autre porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman, a déclaré que le détenu avait "indiqué, lorsqu'il avait été interrogé sur la profanation, qu'il n'était au courant de rien". L'administration Bush s'est inscrite en faux contre l'article de Newsweek. L'hebdomadaire s'est par la suite rétracté.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com