P.S.D.L : La tension monte de plusieurs crans…





Tunis-Le Quotidien Reportée à maintes reprises sous l’effet des querelles incessantes, la réunion du Bureau politique du parti social démocratique libéral (PSDL) tenue samedi dernier n’a fait que corser davantage la situation au sein de cette formation politique d’opposition. D’autant plus que le président du parti continue à alterner habilement selon certains le bâton et la carotte… Nouveaux rebondissements au sein du PSDL. M. Mounir Béji, président du parti a été acculé sous l’effet des pressions énormes à renoncer à prendre une mesure disciplinaire contre M. Mongi Khammassi, membre du Bureau politique et porte-parole officiel du parti qui s’est opposé à la décision de M. Béji relative à la non-participation du parti aux municipales du 8 mai. Le président du PSDL devenu depuis samedi dernier “l’unique porte-parole officiel du parti” s’est toutefois déclaré “immuable” en vertu de l’article 13 nouveau du statut du parti stipulant que le président du parti ne peut être écarté par un congrès et encore moins par le Conseil national tout au long de son mandat de cinq ans. Le communiqué rendu public à l’issue de la réunion du Bureau politique de samedi souligne que “cet article a été adressé dans les délais réglementaires aux autorités de tutelle”. Ce communiqué précise également que le Bureau politique a légué au président du parti le droit de choisir les représentants du PSDL au sein de la Chambre des conseillers. Ces décisions du Bureau politique sont en réalité, selon certains membres du bureau politique, les décisions de M. Mounir Béji qui bénéficie du soutien de la majorité des membres du Bureau politique. “L’article 13 dont parle le président du parti s’oppose clairement aux pratiques démocratiques et à la loi sur les partis et les associations. C’est pourquoi nous ne baisserons pas pavillon cette fois-ci”, souligne un membre du Bureau politique en indiquant que “M. Béji n’est pas vraiment immuable comme il le croit”. Et d’ajouter: “Tous les militants attendent le moment opportun pour agir car on ne veut pas faire de faux pas…”. La mise à l’écart du président du PSDL est-elle en train de se préparer petit à petit? Attendons voir… Walid KHEFIFI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com