Cinéma : Du tunisien sur les écrans algériens





La consolidation de l’U.M.A et des liens entre les peuples maghrébins passe par l’art avant de passer par la politique. La semaine du film tunisien en Algérie s’inscrit dans ce contexte. Au bonheur des cinéphiles algériens et de nos artistes. C’est avec “La boîte magique” de Ridha Béhi que le coup d’envoi de la semaine du film tunisien en Algérie a été donné. Organisé par l’Ambassade de Tunisie en Algérie en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, cette manifestation cinématographique vise à pousser en avant les relations entre les cinéastes, les réalisateurs et les comédiens tunisiens et algériens afin qu’ils arrivent à mettre noir sur blanc des projets en commun. Deux sections l’une pour les courts métrages et l’autre pour les longs ont marqué cette semaine. Cinq courts métrages traduisant différentes expériences de ce genre cinématographique ont été programmés au cours de cette manifestation: “La Médina, ma mémoire” de Fatma Skandrani, “De Carthage à Kairouan” de H’mida Ben Ammar, “Visa” de Brahim Letaïef, “Casting pour un mariage” de Farès Naânaâ… Côté longs métrages, le public algérien a eu l’occasion de découvrir quelques films qui ont été réalisés, ces dernières années, dont on cite: “Le chant de la noria” de Abdellatif Ben Ammar, “La danse du vent” de Taïeb Louhichi, “L’Odyssée” de Brahim Babay… Notons que cette manifestation a démarré le 24 mai dans le but de présenter l’expérience cinématographique tunisienne au public algérien. Pourquoi ne pas penser organiser la semaine du film algérien en Tunisie pour permettre aux cinéphiles tunisiens de goûter au charme des films algériens loin de cette pression qui marque les Journées cinématographiques de Carthage? I.A.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com