Moshé Yaalon : Israël peut se défendre même si le Golan est restitué à la Syrie





Le Quotidien-Agences Le chef d'Etat major sortant de l'armée israélienne Moshé Yaalon a affirmé dans une interview publiée hier que son pays serait en mesure de se défendre à sa frontière nord même si le plateau du Golan était restitué à la Syrie dans le cadre d'un accord de paix. Dans une rare interview à un journal arabe, accordée au quotidien panarabe Asharq Al-Awsat, le général Yaalon, qui quitte ses fonctions aujourd’hui, a en outre critiqué le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, lui reprochant de ne pas faire assez pour mettre au pas les groupes armés responsables d'attentats anti-israéliens. A la question de savoir s'il croyait toujours qu'Israël serait en mesure de se défendre à sa frontière nord si le Golan était restitué à la Syrie dans le cadre d'un accord de paix, le général Yaalon a répondu "Oui, c'est exact". "Mais j'insiste sur le mot +paix+ et sur la nécessité de voir une direction syrienne sérieuse dans le processus de paix", a-t-il ajouté. Le général Yaalon avait créé la surprise en août en envisageant un retrait du plateau du Golan par Israël, une position qui ne reflète pas celle du gouvernement. Il avait alors estimé dans une interview publiée par le journal israélien Yediot Aharonot qu'Israël pouvait renoncer d'un point de vue militaire au plateau du Golan conquis sur la Syrie, contre un accord de paix. "Du point de vue des nécessités militaires, on peut parvenir à un accord avec la Syrie en renonçant au Golan", avait-il dit. C'était la première fois qu'un officier d'un tel rang semblait accepter un retrait de tout le Golan, exigé par Damas pour tout accord de paix avec Israël. Concernant Abbas, le général Yaalon a estimé que le président de l'Autorité palestinienne n'avait pas fait preuve d'assez de fermeté contre les groupes radicaux depuis son élection en janvier. "Nous constatons qu'il hésite beaucoup, qu'il n'est pas ferme et nous ne voyons pas de progrès sérieux", a-t-il dit.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com